Déconfinement : La restriction des cultes, « une inattention grave du Gouvernement », selon l’archevêque de Rennes

RELIGION Monseigneur d’Ornellas a réagi à la décision du Conseil d’État ordonnant de lever l’interdiction de réunion dans les lieux de culte

J.G.

— 

Monseigneur Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes.
Monseigneur Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes. — François Guillot / AFP

« Une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte. Dans une ordonnance rendue lundi, le Conseil d’État a ordonné au Gouvernement de lever l’interdiction « générale et absolue » de réunion dans les lieux de culte dans un délai de huit jours. La plus haute juridiction administrative estime dans son ordonnance que « des mesures d’encadrement moins strictes » peuvent être prises, à l’image de « la tolérance des rassemblements de moins de 10 personnes dans d’autres lieux ouverts au public ».

Cette décision a été saluée par les autorités catholiques, à l’image de l’archevêque de Rennes. Mgr Pierre d’Ornellas en a par ailleurs profité pour critiquer ouvertement l’attitude du Gouvernement. « Les restrictions faites au culte, jugées disproportionnées et illégales par le Conseil d’État, manifestent une inattention grave du Gouvernement et des législateurs à ce tragique qui appelle de façon impérieuse une parole transcendante et toute autre, infiniment plus élevée que celle de l’économie », a réagi l’archevêque de Rennes. « La loi, grâce au Conseil d’État, le rappelle de façon heureuse », conclut Mgr d’Ornellas.