Des personnalités créent un « Conseil national de la Nouvelle Résistance »

PROPOSITIONS Ce Conseil national de la Nouvelle Résistance entend proposer un mode de gouvernance alternatif

Manon Aublanc

— 

Capture d'écran de la vidéo de présentation du Conseil national de la Nouvelle Résistance.
Capture d'écran de la vidéo de présentation du Conseil national de la Nouvelle Résistance. — Capture écran Youtube

Opposées à la politique du gouvernement qu'elles qualifient de «liberticide», des personnalités de tous horizons, journalistes, éditeurs, avocats, sociologues, philosophes, économistes, ont créé un «Conseil national de la Nouvelle Résistance» (CNNR) pour proposer un mode de gouvernance alternatif, ont-elles annoncé ce jeudi.

Sous la présidence d'honneur des résistants Anne Beaumanoir et Claude Alphandéry, ce CNNR, nommé ainsi en référence au Conseil national de la Résistance, rassemble à leurs côtés, neuf femmes (Dominique Méda, Danièle Linhart, Sabrina Ali Benali, Anne Eydoux, Pauline Londeix, Véronique Decker, Fatima Ouassak, Anne-Claire Rafflegeau, Clotilde Bato) et neuf hommes (Dominique Bourg, Samuel Churin, Pablo Servigne, Olivier Favereau, Yannick Kergoat, Jean-Marie Harribey, Dominique Rousseau, Antoine Comte, Benoît Piédallu).

Le résultat publié le 27 mai, journée nationale de la Résistance

Son secrétariat est composé du cinéaste Gérard Mordillat, du réalisateur Gilles Perret, des journalistes Denis Robert et Katell Gouëllo, de l'éditeur Florent Massot et du professeur d'économie Bertrand Rothé. Dans une vidéo diffusée sur le net, plusieurs de ses fondateurs expliquent leur démarche: «offrir un point de ralliement à toutes celles et ceux, et ils sont nombreux aujourd'hui, individus, collectifs, mouvements, partis et syndicats, qui pensent que les jours heureux ne sont pas qu'une formule vide de sens mais le véritable horizon d'un programme politique».

🎥 (Vidéo) Création du Conseil National de la Nouvelle Résistance : 20 membres (10 femmes et 10 hommes), philosophes,...

Publiée par CNNR sur Mercredi 13 mai 2020

«En dehors des partis et des syndicats mais non pas contre eux, les personnes qui composent ce conseil ont pour légitimité leurs travaux, leur expérience et leur engagement», explique le journaliste et écrivain Denis Robert. «Il s'agit d'énoncer les principes selon lesquels notre société devra être gouvernée et de sommer les responsables politiques de s'engager vis-à-vis d'eux. Le résultat de ces travaux sera publié le 27 mai, journée nationale de la Résistance», ajoute Florent Massot, éditeur.

Un manifeste en cours d'élaboration 

Et, ensuite, «à partir de ces principes, de nourrir le plus largement possible ce programme des idées, de l'expérience de chacun afin qu'il soit opérationnel le plus rapidement possible», complète Gérard Mordillat, cinéaste et romancier.

Un ouvrage collectif («Résistons... ensemble pour que renaissent des jours heureux», éditions Massot) regroupant une quarantaine de contributions de membres du CNNR et d'autres personnalités (Thomas Piketty, Cyril Dion...) devrait paraître sur les plateformes, dont celles des librairies indépendantes, au début de l'été. Un manifeste du CNNR doit également être diffusé dans les kiosques et les librairies en version papier.