Déconfinement : Vacances d'été, plan d'investissements... Quelles sont les annonces d'Edouard Philippe pour aider la filière touristique ?

CORONAVIRUS Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté un plan de soutien au tourisme ce jeudi

Manon Aublanc

— 

Déconfinement : Ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe pour relancer le tourisme — 20 Minutes

C’est l’une des grandes interrogations des Français. Après près de deux mois confinés, pourrons-nous partir en vacances cet été ? Selon le gouvernement, la réponse est oui. « Les Français pourront partir en vacances en France en juillet et août », a déclaré Edouard Philippe, le Premier ministre ce jeudi, lors de la présentation du plan de soutien au secteur du tourisme.

A l’issue du conseil interministériel, Edouard Philippe a présenté, ce jeudi, des mesures d’accompagnement des secteurs de l’hôtellerie, du tourisme et de la restauration, notamment un plan de 18 milliards d’euros et accès étendu au fonds de solidarité et au chômage partiel.

Les vacances totalement remboursées en cas de reconfinement

D’abord concernant les vacances, Edouard Philippe a assuré que « les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d’août », sous réserve toutefois « de possibles restrictions très localisées » en fonction de l’évolution de l’épidémie de coronavirus.

« Les Français peuvent prendre leurs réservations », a encore encouragé le Premier ministre, en soulignant que « les acteurs du tourisme, de l’hôtellerie, se sont engagés à faire en sorte qu’ils soient intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances ».

Accès étendu au fonds de solidarité et au chômage partiel

Le Premier ministre a annoncé également un plan « sans précédent » de « 18 milliards d’euros d’engagements » en soutien au secteur du tourisme qui avec l’épidémie de coronavirus « fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne ».

Parmi les mesures annoncées à l’issue d’un comité interministériel à Matignon, figurent un accès étendu au fonds de solidarité et au chômage partiel pour les entreprises du secteur, ainsi qu’un doublement du plafond journalier des tickets restaurants, relevé de 19 à 38 €.