Coronavirus : Le maire de Cannes veut que l'argent des PV soit affecté aux hôpitaux et aux communes

CONFINEMENT Du 17 mars au 10 mai, 1,1 million de contraventions ont été dressées

Fabien Binacchi
— 
Des policiers municipaux lors d'un contrôle à Cannes, le 5 mai 2020
Des policiers municipaux lors d'un contrôle à Cannes, le 5 mai 2020 — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

En près de deux mois, pendant le confinement, 1,1 million de contraventions, à 135 euros et parfois majorées, ont été dressées. Une manne qui va revenir à l’Etat, mais pour quoi faire ? Le maire de Cannes a sa petite idée. Dans un courrier transmis ce mercredi à Edouard Philippe, il demande que le produit de ces amendes soit reversé aux hôpitaux et aux communes. Dans un but, notamment, « d’acceptabilité sociale ».


« Pour une utilisation pertinente (...), je propose au gouvernement qu’il affecte comme bonus (...) le produit total relevé en France de ces PV d’infractions au confinement pour moitié au bénéfice du secteur de la santé, dont les hôpitaux du ressort de l’Etat, et pour moitié aux communes de France qui, pour beaucoup, sont allées et continuent d’aller au-delà de leurs missions habituelles pour protéger la population de la maladie, et soulager en cela l’Etat », écrit David Lisnard (LR) au Premier ministre.

Du 17 mars au 10 mai, pendant toute la période du confinement, décidé pour lutter contre la propagation du Covid-19, les infractions à ces règles sanitaires ont été verbalisées. Et comme la gendarmerie et la police nationale, la police municipale a été amené à distribuer ces amendes. Celle de Cannes « a dressé 5.143 PV représentant donc un produit total de 655.115 euros, entièrement reversé à l’Etat, qui en décidera l’affectation », avance l’élu azuréen, proche d’Edouard Philippe.