Coronavirus : Les écoles des Yvelines ont-elles reçu des masques qui ne « protègent pas des contaminations virales » ?

FAKE OFF Selon un post Facebook partagé plus de 9.000 fois, les masques distribués dans les écoles des Yvelines ne garantissent pas la protection des enseignants

Alexis Orsini

— 

Un enseignant masqué dans une école de Bordeaux, le 12 mai 2020. (illustration)
Un enseignant masqué dans une école de Bordeaux, le 12 mai 2020. (illustration) — UGO AMEZ/SIPA
  • Le 8 mai, quelques jours avant la rentrée scolaire de « déconfinement », un post Facebook de la CGT Educ'action des Yvelines (78) est devenu viral.
  • Il dénonçait la qualité des masques reçus par le personnel enseignant, photo d'un lot à l'appui, sur lequel on peut lire « ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses ». 
  • Contacté par 20 Minutes, le rectorat de l'académie de Versailles confirme la distribution de ces masques, conformes au protocole sanitaire préconisé pour les enseignants, tout en précisant avoir remplacé les masques concernés pour apaiser les inquiétudes des enseignants. 

Les masques distribués aux enseignants assurant la reprise des cours dans certaines académies sont-ils vraiment efficaces face à la propagation du coronavirus ?

Un post Facebook mis en ligne par la CGT Educ'action des Yvelines (78), le 8 mai, quelques jours avant cette rentrée singulière de déconfinement, soutient que non : « Les masques sont arrivés dans les écoles des Yvelines... Un morceau de non tissé 1er prix, "qui ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses", mais permet d'envoyer nos collègues en première ligne de cette «guerre sanitaire». Masques non conformes à la norme EN14683 ».

Comme on peut le voir sur la photo accompagnant ce message partagé près de 10.000 fois, ce lot de 50 «masques d'hygiène 3 plis bleu» comporte bien les mentions « ce produit ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses » et « non testé à la norme EN14683 ».

FAKE OFF

Contactée par 20 Minutes, la CGT Educ'action des Yvelines n’avait pas donné suite à nos sollicitations avant la parution de l’article. Le rectorat de l’académie de Versailles nous confirme en revanche que « les masques distribués dans les Yvelines sont des masques grand public de type 1 », conformes aux « recommandations des autorités sanitaires » relatives aux enseignants.

« Ils sont à distinguer des masques de type FFP2 (réservés aux soignants) qui, eux seuls, disposent de la mention "ce produit protège des contaminations virales et infectieuses" », poursuit le rectorat.

Comme le rappelait le gouvernement dans une liste de questions-réponses publiée fin mars, les « masques à usage médical » sont un « dispositif médical répondant à la norme NF EN14683, qui, en évitant la projection de gouttelettes émises par le porteur du masque, limite la contamination de l’environnement extérieur et des autres personnes ». Ils sont donc à distinguer des masques de protection respiratoire (FFP2), qui protègent pour leur part le porteur du masque contre l’inhalation de gouttelettes.

En outre, une note de recommandation sur l’usage du masque émanant du ministère de la Santé, rappelle que le Haut conseil de la Santé publique (HCSP) préconise bien « le port d’un masque grand public [qui doivent avoir un niveau de respirabilité permettant de les porter pendant 4 heures] par les enseignants et les encadrants pendant les heures de classe et lors de tous déplacements ou regroupement ». 

« Nous avons préféré remplacer les masques concernés »

Interrogé par 20 Minutes sur la mention « non testé à la norme EN14683 » - qui garantit, selon l’Afnor, l’efficacité de sa filtration bactérienne au-delà de 95% -, bien visible sur la photo du lot de masques diffusé sur Facebook, le rectorat de l’académie de Versailles assure à 20 Minutes s'être assuré que « tous les masques qui sont fournis aux enseignants ont une filtration supérieure à 90 % ». Tout en reconnaissant que « la mention "ce produit ne protège pas des contaminations virales ou infectieuses" sur les masques a pu susciter des réactions auprès de [ses] enseignants ».

« Nous avons préféré remplacer les masques concernés, afin que la rentrée se passe de la manière la plus sereine possible pour nos personnels, quand bien même nous savons qu’ils ont été testés et assurent une filtration à plus de 90% », conclut le rectorat. 

Le 9 mai, une polémique semblable avait agité les enseignants de Haute-Loire à la réception du même lot de masques, comme le relataient nos collègues de « Zoom d’ici ». Ce qui avait amené l’inspectrice d’académie à rappeler que les masques FFP2 restaient bien réservés au personnel soignant.