Coronavirus en Bretagne : Une faible hausse des décès dans la région entre mars et avril

MORTALITÉ Selon l’Insee, 2 % de décès supplémentaires ont été enregistrés dans la région, contre 26 % à l’échelle nationale

Jérôme Gicquel

— 

Le CHU de Rennes est en première ligne pour accueillir les malades du coronavirus de Bretagne.
Le CHU de Rennes est en première ligne pour accueillir les malades du coronavirus de Bretagne. — C. Allain / 20 Minutes

On savait que la Bretagne avait été relativement épargnée par la pandémie de coronavirus. Une enquête publiée par l’Insee vient de le confirmer. Elle s’intéresse à l’excédent de mortalité enregistré entre début mars et la mi-avril qui a été « plus faible » en Bretagne que dans le reste de la France.

Sur la période, la région a connu « seulement » 2 % de décès supplémentaires (toutes causes confondues) par rapport à la même période en 2019. En France, ce chiffre s’élève à 26 % et grimpe même à 96 % en Ile-de-France et 59 % dans le Grand Est, les deux régions les plus touchées par le Covid-19.

Un pic de mortalité entre le 6 et le 12 avril

Dans le détail, c’est le département du Morbihan qui a enregistré la plus forte hausse du nombre de décès cumulés sur la période (+9,8 %), devant l’Ille-et-Vilaine (+7,1 %), le Finistère (+6 %) et les Côtes-d’Armor (+3,4 %).

L’Insee précise par ailleurs que le pic de mortalité est survenu plus tardivement en Bretagne. Il est apparu pendant la semaine du 6 au 12 avril où 11 % de décès supplémentaires ont été enregistrés par rapport à la même période en 2019.