Déconfinement en Nouvelle-Aquitaine : Alors que la SNCF préparait la reprise du trafic depuis des semaines, « on s’est pris cette alerte rouge pluie-inondations dimanche soir »

INTERVIEW La reprise du trafic ferroviaire ce lundi matin, avait réclamé des semaines de préparation de la part de la SNCF, que les fortes pluies de dimanche soir sont venues perturber

Propos recueillis par Mickaël Bosredon
— 
Trains TER de la région Nouvelle-Aquitaine, en garde de Bordeaux.
Trains TER de la région Nouvelle-Aquitaine, en garde de Bordeaux. — M.Bosredon/20Minutes
  • Avant de faire rouler à nouveau les trains ce lundi matin, il avait fallu inspecter l’ensemble du réseau de Nouvelle-Aquitaine.
  • Tout était préparé depuis des semaines pour une reprise du trafic ce lundi matin.
  • Mais les fortes pluies de dimanche soir, sont venues perturber la circulation des trains, avec notamment trois secteurs impactés.

Des semaines que la SNCF préparait la reprise du trafic ferroviaire. Mais dimanche soir, elle a dû composer avec une alerte rouge aux pluies et inondations en Nouvelle-Aquitaine, qui est venue perturber à la dernière minute le plan de transport mis en place pour ce lundi matin. 20 Minutes a interrogé Florent Kunc, directeur territorial adjoint de SNCF Réseau en Nouvelle-Aquitaine, sur la façon dont ses équipes ont dû gérer la situation.

Après une interruption du trafic de près de huit semaines, sur la plupart des lignes en Nouvelle-Aquitaine, on ne fait pas redémarrer un réseau en un claquement de doigt : quelles ont été vos principales contraintes ?

Il faut avoir en vue que la moitié des trente grandes lignes de Nouvelle-Aquitaine ont été suspendues, et environ un tiers des 3.800 km de voies ferroviaires, c’était extrêmement conséquent. Il ne restait plus que quelques TGV et quelques TER, il a surtout circulé du fret – l’activité a même été soutenue – et quelques TGV médicalisés. Cette situation engendre un réseau moins surveillé, puisque d’ordinaire les conducteurs des trains nous font remonter d’éventuels problèmes sur des infrastructures, des ouvrages, et qu’en raison du confinement nous avions beaucoup moins de personnels disponibles pour inspecter le réseau, et que des postes d’aiguillage ont été fermés. Nous n’avions donc plus la réalité de la situation en temps réel, comme l’état de la végétation, l’état des systèmes électriques, des passages à niveau… Avant de relancer le réseau ce lundi matin, il a donc fallu faire circuler des trains, que l’on a appelés circulations techniques, pour avoir ce retour opérationnel des conducteurs, et voir si toutes les installations électriques fonctionnaient correctement.

Y’a-t-il eu de mauvaises surprises ?

On a pu avoir des branches à tel ou tel endroit, ou des couches de rouille qui se sont déposées sur des rails, ce qui crée une sorte d’isolant au niveau du système électrique. Ce sont des situations que l’on connaît quand on reprend après une interruption relativement longue, sauf que là, on s’est retrouvé dans une situation exceptionnelle avec beaucoup de lignes indisponibles d’un coup.

Pas de mauvaise surprise majeure, mais vous avez dû composer dimanche soir avec les fortes pluies qui se sont abattues sur la région…

C’était la cerise sur le gâteau. Avec tout le travail accompli ces dernières semaines, toute notre mobilisation, encore ce week-end, on s’est en effet pris cette alerte rouge pluie-inondations dimanche soir. Cela nous a contraints de modifier au dernier moment les conditions du plan de transport de reprise. Nous avons décidé de faire circuler nos premiers trains à vide ce lundi matin, ce qui n’était pas prévu, pour reconnaître les infrastructures et voir s’il n’y avait pas de difficulté. Nous avons bien fait car nous avons eu trois secteurs qui ont posé problème : près de Pau, sur la ligne Bayonne-Saint-Jean-Pied-de-Port, et entre Facture et le bassin d’Arcachon. Il s’agissait d’arbres tombés sur la voie, et cela a perturbé le redémarrage. C’est dommage car le plan de transport imaginé se passait bien.

Le plan de transport doit amener à une reprise totale du trafic d’ici à mi-juin, s’il n’y a pas d’encombres ?

Oui, la montée en puissance du plan de transport TER se fera progressivement, avec un peu moins de 50 % des trains qui circulent ce lundi, et une progression jusqu’à mi-juin.