Coronavirus : Le nombre de cas baisse mais « reste plus élevé » qu'espéré en Île-de-France

EPIDEMIE Le premier ministre a expliqué pourquoi la région parisienne restait en « rouge »

20 Minutes avec AFP

— 

Une femme porte un masque devant la Tour Eiffel, à Paris le 12 avril 2020.
Une femme porte un masque devant la Tour Eiffel, à Paris le 12 avril 2020. — Niels Wenstedt / SOPA Images/Sip/SIPA

Le nombre de cas de personnes contaminées au coronavirus « baisse » en Ile-de-France mais « reste plus élevé que nous l'espérions », a déclaré jeudi le Premier ministre Edouard Philippe.

« En Ile-de-France, le nombre de cas baisse, mais il reste plus élevé que ce que nous espérions. Nous pouvons déconfiner mais le fait qu'il reste du virus en circulation, que cette région est très dense et que les échanges y sont nombreux, nous impose une discipline renforcée », a-t-il déclaré en présentant le plan de déconfinement du gouvernement.

« Règles très strictes »

Il a précisé que le gouvernement allait « imposer des règles très strictes » dans les transports en commun à Paris et dans les départements de la région, qui « sont essentiels et ne seront pas fermés ». Ces règles seront en vigueur « au moins les trois premières semaines » du déconfinement « pour éviter qu'ils ne se transforment en vecteurs de diffusion de l'épidémie », a-t-il indiqué. « Je n'exclus pas que nous décidions de mesures supplémentaires si les mesures de distanciation physique n'étaient pas suffisamment respectées et si la situation ne s'améliorait pas », a prévenu Edouard Philippe au cours d'une conférence de presse à Matignon.

La situation en Ile-de-France « nécessite la plus grande vigilance », a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran, en appelant les habitants à « limiter leurs déplacements au strict nécessaire » et les entreprises à maintenir les mesures de protection.

« Nous voulons à tout pris éviter une reprise de l'épidémie », a ajouté le ministre.