Coronavirus : L'application StopCovid sera prête le 2 juin, sans Apple ni Google

NUMERIQUE Selon le calendrier dévoilé ce mardi par Cédric O, le débat sur cette application devrait avoir lieu autour du 25 mai à l’Assemblée

20 Minutes avec AFP

— 

Cédric O, le 24 avril 2020 à Paris.
Cédric O, le 24 avril 2020 à Paris. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

Le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O a annoncé ce mardi que l’application StopCovid sera prête le 2 juin pour accompagner le déconfinement. Elle doit permettre de tracer les contacts avec des personnes diagnostiquées positives au coronavirus. Nouveauté également annoncée : StopCovid se fera sans Apple et Google.

« Aujourd’hui, on peut se dire qu’on sera prêt pour le 2 juin », a affirmé Cédric O sur BFM Business. Lors de la présentation de son plan de déconfinement, le Premier ministre Edouard Philippe avait maintenu sa confiance dans le projet, qui suscite des critiques jusqu’au sein de la majorité, réaffirmant vouloir le soumettre à un débat suivi d'un vote à l'Assemblée « lorsque l’application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en œuvre ».

Un débat au Parlement fin mai

Pour Cédric O, « le temps de développement avance relativement bien » et le calendrier est désormais établi. « Nous entrerons dès la semaine prochaine en phase de test, c’est-à-dire que nous reproduirons des situations réelles pour vérifier que l’application fonctionne bien. Ce qui nous permettrait je pense, si le Premier ministre et la conférence des présidents des assemblées en décident, de faire en sorte que nous puissions revenir devant les parlementaires (…) dans la semaine du 25 mai pour envisager un déploiement lors de la deuxième phase du déconfinement à partir du 2 juin ».

Le secrétaire d’Etat prévoit que la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) puisse également se prononcer sur le sujet d’ici à la fin mai. Il exclut désormais un partenariat avec les géants américains Apple et Google, qui contrôlent les deux grands magasins d’applications mondiaux (App store et Google Play store) et veulent proposer rapidement un socle commun pour une application de traçage de contacts.

Une « affaire d’Etat », pas d’entreprises

« Nous avons refusé » les solutions d’Apple et de Google « qui posent selon nous un certain nombre de problèmes en termes de protection de la vie privée et en termes d’interconnexion avec le système de santé », a expliqué Cédric O.

« C’est pour ces problèmes, pas parce qu’Apple et Google sont des grands méchants loups, que nous avons refusé de passer par leurs solutions. Nous aurons une solution qui fonctionnera de manière très satisfaisante sur l’ensemble des téléphones et nous considérons que la maîtrise du système de santé, la lutte contre le coronavirus, c’est l’affaire des Etats (…) pas forcément celle des grandes entreprises américaines », a ajouté le secrétaire d’Etat au Numérique.