Coronavirus : Non, la grippe espagnole n’a « probablement » pas « mis fin à la Première Guerre mondiale », contrairement à ce qu’avance Donald Trump

FAKE OFF Le président américain a avancé que la grippe espagnole « a probablement mis fin à la Première Guerre mondiale parce que les soldats tombaient malades. »

Mathilde Cousin

— 

Donald Trump, lors d'une interview donnée à Fox News le 3 mai.
Donald Trump, lors d'une interview donnée à Fox News le 3 mai. — Oliver Contreras - Pool via CNP/Newscom/SIPA
  • Interviewé sur Fox News dimanche soir, Donald Trump a avancé que la grippe espagnole « a tué entre 50 et 100 millions de personnes » et a « probablement mis fin à la Première Guerre mondiale parce que les soldats tombaient malades ».
  • L’estimation du nombre de victimes fournie par le président américain est correcte, mais l’épidémie n’est pas à l’origine de la fin du conflit.

Une nouvelle sortie du président américain. Interviewé pendant plus d’une heure sur la chaîne Fox News dimanche, Donald Trump est revenu sur l’épidémie de  grippe espagnole, qu’il a située, à tort, en 1917. « La grippe espagnole a tué entre 50 et 100 millions de personnes, a lancé le président américain. Elle a probablement mis fin à la Première Guerre mondiale parce que les soldats tombaient malades. » La déclaration du président, devenue virale, est visible ici à partir de la 34e minute :

Le président avait déjà évoqué l’épidémie meurtrière la semaine dernière. Le 28 avril, il avait expliqué que l’épisode avait été « mauvais, mais pas tout à fait l’équivalent de ce que nous vivons en ce moment ».

FAKE OFF

L’estimation de Donald Trump sur le nombre de victimes est correcte, toutefois, il n’est pas juste d’avancer que la grippe espagnole a probablement mis fin à la Grande Guerre, explique à 20 Minutes Nicolas Beaupré, historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale et maître de conférences à l’université Clermont-Auvergne.

L’épidémie a connu trois vagues, rappelle l’historien, entre le printemps 1918 et l’hiver 1919. « Pendant longtemps, on a pensé que la grippe espagnole a causé 15 à 20 millions de morts dans le monde. Dans les années 1980 et 1990, il y a eu des nouvelles études sur la grippe espagnole, on a remonté les estimations. Celle qui circule le plus, c’est 50 millions, mais des estimations calculent plus de morts. » Une étude de 2002 donne cette estimation de 50 à 100 millions de morts.

La mortalité de cette maladie était bien différente de celle de Covid-19. La grippe espagnole a touché des gens dans la force de l’âge : « Plus de la moitié des morts sont des gens âgés de moins de quarante ans », souligne Nicolas Beaupré.

Les Etats-Unis ont déploré 650.000 à 850.000 morts de l’épidémie. La France, 200 à 250.000. Certains pays ont été plus durement touchés : « On pense qu’il y a eu le plus de morts dans les colonies, en Asie, dans les Indes britanniques », précise l’historien. Certaines îles du Pacifique ont également été dévastées par le virus.

Il est « absurde de dire que l’épidémie a précipité la fin du conflit »

Même si des soldats de tous les camps sont touchés, il est « absurde de dire que l’épidémie a précipité la fin du conflit, souligne Nicolas Beaupré. On ne peut pas dire que la guerre s’arrête complètement en 1918. Elle s’arrête sur le front ouest. Tous les historiens insistent aujourd’hui sur le fait que la guerre continue, notamment en Europe de l’Est ou au Moyen-Orient. » Et d’ajouter : « La défaite est avant tout une défaite militaire. »

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.