Coronavirus : Comment se procurer des masques vendus en grande surface à partir de ce lundi ?

EPIDEMIE Plusieurs enseignes ont annoncé avoir mis en vente leur stock de masques chirurgicaux, et l’offre devrait augmenter dans les prochaines semaines

20 Minutes avec AFP

— 

Des masques chirurgicaux (image d'illustration).
Des masques chirurgicaux (image d'illustration). — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Des masques pour le grand public. Carrefour, Monoprix, Intermarché, Leclerc ou Lidl… A compter de ce lundi, des grandes enseignes ont mis en vente des masques chirurgicaux ou en tissu pour se protéger contre le coronavirus. Face à la demande du public, certains sites sont déjà saturés.

Où trouver des masques chirurgicaux ?

Les enseignes Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino (qui exploite Monoprix, Franprix, Leader Price, Spar), Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match et Système U ont annoncé mettre en vente leur stock de masques à usage unique ainsi que ceux en tissu. Les conditions de vente sont propres à chaque enseigne.

Chez Intermarché, pas de vente directement en rayon pour les 90 millions de masques destinés aux clients, afin « d’organiser une distribution responsable » et éviter ainsi les attroupements. Si vous avez une carte de fidélité dans cette enseigne, vous avez peut-être reçu un mail pour vous demander si vous souhaitez « bénéficier [d’une] offre à prix coûtant ». Les clients intéressés reçoivent alors un bon de réservation à usage unique, leur permettant de venir retirer à l’accueil de leur point de vente une boîte de 50 masques chirurgicaux. Les autres clients Intermarché et Netto pourront réserver ces boîtes de masques à partir du lundi 4 mai sur les sites Internet de ces deux enseignes, ajoute-t-on de même source.

Leclerc, qui a précisé avoir déjà approvisionné une centaine de magasins avec environ 2 millions de masques, attend deux autres grosses livraisons cette semaine. « Les masques devront ensuite être dédouanés. Ils seront reconditionnés en pochettes de 5, 10 ou 50 masques » commercialisées à raison « vraisemblablement (d') un paquet par client dans un premier temps », a indiqué l’enseigne.

Du côté de l’enseigne Carrefour, on veut une distribution « simple » pour les clients, sans système de réservation par Internet ou liée à la carte de fidélité, a déclaré Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, sur BFMTV. Le groupe « a sécurisé » pour les prochaines semaines quelque « 225 millions de masques » dont 175 millions de type « chirurgical » et 50 millions en textile, a précisé le patron.

Dès le 4 mai, 10 millions d’entre eux seront vendus aux caisses, a-t-il indiqué, à un prix inférieur à 60 centimes d’euro pour les masques chirurgicaux et de 1 à 3 euros pour les masques en textiles, en fonction de leur gamme. Vendus par lots de cinq ou dix unités, les clients seront limités à l’achat de deux boîtes.

A quel prix seront-ils vendus ?

Le prix des masques chirurgicaux à usage unique est plafonné à 95 centimes d’euros l’unité. « Pour l’essentiel ils seront vendus à prix coûtant. Ils devraient être plutôt vendus autour de 60 centimes d’euros », a précisé la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher. Les masques lavables réutilisables coûteront « entre 2 et 3 euros, soit entre 10 et 30 centimes l’usage », a-t-elle précisé.

Que faire si le site est saturé ?

Pas de panique : face à l’énorme demande des consommateurs, certaines grandes surfaces ont suspendu leurs ventes de masques pour la journée. Il faudra donc réessayer à nouveau les jours suivants. L’offre devrait « monter en puissance » après le 11 mai, ont indiqué le ministère de l’Economie et des Finances et la Fédération du Commerce et de la Distribution. A partir de cette date, toutes les enseignes de distribution devraient vendre des masques.