Coronavirus : «Ceux qui étaient confinés loin de chez eux vont pouvoir rentrer», rappelle Christophe Castaner

DECONFINEMENT Le ministre de l’Intérieur était l’invité du Grand jury RTL/Le Figaro/LCI ce dimanche. Il s’y est dit certain d’atteindre l’objectif de déconfinement dès le 11 mai en France et a rappelé que ceux qui étaient confinés loin de chez eux pouvaient regagner leur domicile

20 Minutes avec AFP
— 
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur — Alfonso Jimenez/REX/SIPA

Saluant «l'engagement des Français», Christophe Castaner a rappelé dimanche que l'objectif est un déconfinement «dès le 11 mai», avec des contraintes de circulation.

«Notre objectif est clair, net, précis: c'est le déconfinement (...) dès le 11 mai», a déclaré le ministre de l'Intérieur au Grand jury RTL/Le Figaro/LCI.

«Nous allons l'atteindre, j'en suis convaincu, parce que les Français ont fait des efforts significatifs depuis le début du confinement et je n'imagine pas une seconde qu'ils lèvent leur engagement et que du coup, ils fassent courir un risque collectif à chacun», a-t-il dit.

« Moins de monde aujourd’hui qui se déplace sans attestation »

Le ministre de l'Intérieur a souligné que «ce que l'on observe ces derniers jours, c'est qu'il y a plus de monde dans la rue mais quand nous faisons des contrôles, ce que nous constatons c'est que ce sont des gens qui sont en situation régulière, qui ont bien rempli leur attestation».

«On est sur le même niveau de contrôle et on a moins de monde qui aujourd'hui se déplacent sans attestation et en dehors des clous. Il y a eu 19 millions de contrôles depuis le début du confinement, un million de procès verbaux et les deux tiers sont pour des gens qui ne remplissaient pas l'attestation. Si vous ramenez ça à la totalité de la population française et à la période concernée, c'est assez peu», selon le ministre.

L’heure de regagner sa résidence principale ?

Les Français, et notamment les Parisiens, qui seraient confinés loin de leur domicile, ont la possibilité de rentrer dès maintenant, selon le ministre.

«Quand ils sont partis, ils avaient le droit de partir (...) Ils ont la possibilité de rentrer à leur domicile principal pour reprendre une activité professionnelle ou pour scolariser les enfants», a-t-il dit, sous condition d'avoir «rempli une attestation de retour à son domicile, motif familial impérieux».

Après le 11 mai , «on a pris une limite, 100 km qui permet aux gens de pouvoir se déplacer (...) mais au fond si on veut combattre le virus il ne faut pas se déplacer», a-t-il estimé.

Pas de circulation libre dans les régions vertes

Interrogé sur la possibilité d'assouplir ces règles dans les régions classées vertes, il a répondu que «si vous pensez qu'on peut libérer totalement la circulation et ne pas respecter les règles dans cette région au motif que c'est une région verte, je peux vous dire qu'en deux semaines elle sera rouge».