Coronavirus : Olivier Véran déconseille de faire des réservations pour cet été

VACANCES Le mystère autour des vacances d’été – ou non – pour les Français continue

J.-L.D.

— 

Olivier Véran, ministre de la Santé
Olivier Véran, ministre de la Santé — ELIOT BLONDET-POOL/SIPA

Olivier Véran, ministre de la Santé pour les deux du fond qui ne suivent vraiment rien à l’actualité en ce moment, ne se lancerait pas dans l’achat d’un billet d’avion pour cet été pour le moment. C’est en tout cas ce qu’il a déclaré dans une interview à nos collègues du Parisien, alors qu’il était questionné sur les vacances d’été : « Ne soyons pas trop pressés de faire des réservations ». « Il y a, hélas, peu de chance pour que le virus décide, lui, de partir en vacances. En l’absence de traitement et de vaccin, le comportement des Français va avoir un poids considérable », a-t-il rajouté.

Dans le reste de l’interview, le ministre a ouvert l’idée à un déconfinement retardé en cas de « mauvais résultats » sanitaires de la France. Le R0, facteur de reproduction du virus, qui était descendu à 0,5, serait déjà remonté à 0,6. « C’est le signe d’un certain relâchement […] si le nombre de nouveaux malades devait être trop élevé, la date de lever du confinement [le 11 mai] pourrait être remise en question et sera appréciée selon les départements », a-t-il notamment averti.

Toujours plus de masques

Quant au sujet brûlant des masques, Olivier Véran s’est montré volontariste : « Jusqu’ici, on déstockait 45 millions de masques par semaine à destination des professionnels de santé. A partir du 11 mai, ce sont 100 millions qui vont leur être distribués gratuitement. »

Des masques qui pourront redevenir qu’un mauvais souvenir une fois l’épidémie passée selon le ministre de la Santé. Pour lui, les masques devraient disparaître avec la pandémie, sauf période grippale extrême. « Lorsqu’on aura terrassé ce fichu virus, l’idée est qu’on retrouve une vie normale. » Viendra donc un jour où vous pourrez à nouveau admirer le sourire en coin de votre crush.