Portugal, Suisse, Autriche… Ces images de masques accessibles au public sont-elles authentiques ?

FAKE OFF « 20 Minutes » revient sur la véracité des nombreuses images virales, censées avoir été prises dans différents pays d’Europe, de masques facilement accessibles au public

Alexis Orsini

— 

Distribution de masques dans un supermarché à Vienne, en Autriche, en avril 2020.
Distribution de masques dans un supermarché à Vienne, en Autriche, en avril 2020. — Georges Schneider/action /SIPA
  • Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la question de l’accès aux masques revient régulièrement en France, où ils ont fait défaut pendant des mois.
  • Si la situation doit s’améliorer avec la vente de stocks importants dans la grande distribution, à compter du 4 mai, celle-ci a donné lieu à de nombreuses comparaisons avec nos voisins européens.
  • Ces photos ou vidéos censées montrer l’accès plus facile aux masques dont ils bénéficieraient sont-elles authentiques ? 20 Minutes s’est penché sur plusieurs d’entre elles.

Où sont les masques de protection contre le coronavirus ? La question, lancinante, est posée de manière quotidienne depuis le début de l’épidémie, au vu du manque flagrant de stocks dans les pharmacies et les commerces.

Si la situation est en train de s’améliorer – grâce à leur mise en vente depuis la semaine dernière en pharmacie, et à compter de lundi dans la grande distribution, qui prévoit des stocks importants –, le mois d’avril a été marqué, sur les réseaux sociaux, par de fréquentes comparaisons avec nos voisins européens.

A en croire différentes photos et vidéos relayées sur Facebook et Twitter, ces derniers seraient en effet bien mieux dotés que la France en matière d’accès aux masques et au gel hydroalcoolique. Du Portugal à la Suisse en passant par l’Autriche, tour d’horizon de la véracité de ces images.

FAKE OFF

Des masques dans les boîtes aux lettres portugaises ?

« Au Portugal, des municipalités distribuent gratuitement dans les boîtes aux lettres un kit de 5 masques avec une notice rappelant les gestes barrières. Des masques gratuits sont aussi disponibles pour tous les travailleurs en première ligne. Simple, social et efficace », affirmait, le 19 avril, un post Facebook accompagné de photos censées illustrer son propos.

La ville de Mafra, près de Lisbonne, a bien distribué des masques – par kits de huit et pas de cinq - à ses 80.000 habitants, comme le relatait la presse portugaise à la mi-avril. Une initiative entièrement municipale, les élus locaux ayant d’eux-mêmes commandé un million de masques chirurgicaux pour les distribuer dans les boîtes aux lettres et inciter ses habitants à en utiliser un par semaine lors de leurs sorties – soit une durée de deux mois au total.

Au vu du stock conséquent à disposition, Hélder Sousa Silva, maire de Mafra, avait en outre ensuite fait redistribuer des masques dans les municipalités voisines.

Des masques vendus dans les supermarchés suisses ?

« Et pendant ce temps-là, nos amis suisses vendent des masques au supermarché, bravo la France. Faites suivre ». Repris sur différentes pages Facebook – avec un lien commercial vers des masques vendus « à des prix défiant toute concurrence » –, ce message s’accompagne de la photo d’un bac de masques, visiblement photographiés dans un supermarché.

Si nous n’avons pas été en mesure de remonter à la source première de cette photo, l’affiche « prix Aldi » qu’on y aperçoit permet de remonter à la chaîne de supermarchés à bas prix. Contacté, le service de presse de sa branche suisse nous confirme vendre depuis le 23 avril « des masques à usage unique dans ses plus de 200 filiales dans toute la Suisse ».

« Alors que les masques en paquets de 50 sont actuellement épuisés dans la plupart des filiales, les paquets de 10 masques sont disponibles dans un grand nombre de nos 200 filiales », poursuit l’enseigne, qui commercialise ces paquets de 10 à 7,20 francs suisses. Un montant que l’on retrouve en zoomant sur l’étiquette accrochée au bac de masques de la photo.

Un protocole sanitaire très strict à l’entrée des magasins allemands ou autrichiens ?

A l’entrée d’un magasin, installé derrière un stand, un homme au visage protégé par un masque pulvérise du gel hydroalcoolique sur un client, avant de lui tendre, grâce à une pince, un masque. Sans oublier de désinfecter le caddie du nouveau venu pendant que ce dernier enfile le masque.

Ce rituel, exécuté avec une grande précision en quelques secondes, aurait été filmé en Autriche, selon la légende qui accompagne cette vidéo… ou bien en Allemagne, selon d'autres reprises de la séquence. Si les affiches visibles derrière l’employé situé à l’entrée du magasin sont bien écrites en allemand – qui est aussi la langue officielle de l’Autriche –, la phrase « Tragepflicht von schutzmasken » (« Port de masques de protection ») lisible sur son stand permet d’identifier son origine (à défaut de remonter à sa source originelle).

Ce slogan est en effet utilisé dans les enseignes autrichiennes de la chaîne de magasins Spar – dont on aperçoit le logo sur différents éléments de la photo –, dans le cadre de ses mesures anti-Covid-19, comme on peut le vérifier sur les pages Facebook de plusieurs enseignes locales.

Ses clients se voient ainsi offrir un masque gratuit à leur arrivée dans le magasin. Une mesure qui a été appliquée dans toute la grande distribution autrichienne dès le début du mois d’avril, avant que le port des masques ne devienne obligatoire dans les magasins, ainsi que le relatait Reuters. En Allemagne, le port du masque dans les commerces est devenu obligatoire sur tout le territoire le 29 avril.

Des distributeurs de masques et de gel en Pologne ?

Comme nous l’évoquions dès la mi-avril, la photo virale d’un distributeur de masques et de gel hydroalcoolique dans une rue de Varsovie (Pologne) était bien authentique. Il y avait été installé peu avant que le port du masque ne devienne obligatoire dans tout le pays.

Depuis peu, on trouve aussi ce type de distributeur dans l’Hexagone, plus précisément à Jeumont, dans le Nord, où ces « Distribprotec » proposent à la vente des masques en tissu homologués, des paires de gants en latex et des flacons de gel hydroalcoolique.