Coronavirus à Toulouse : Pourquoi la préfecture a dû réquisitionner des sanisettes ?

PRECARITE Dix-sept sanisettes doivent rouvrir à partir de ce jeudi à Toulouse, sur réquisition du préfet. Elles ont cruellement manqué aux sans-abri

Hélène Ménal
— 
Les sanisettes du square de Gaulle, à Toulouse.
Les sanisettes du square de Gaulle, à Toulouse. — H. Menal - 20 Minutes
  • Difficile de se prémunir du Covid-19 quand on est sans-abri et qu’on n’a plus accès à des latrines ou fontaines publiques.
  • A Toulouse, plusieurs associations ont porté l’affaire en justice pour « violation des droits fondamentaux ».
  • La situation semble se débloquer avec des réparations de fontaines et la réouverture à partir de ce jeudi de 17 sanisettes sur réquisition du préfet.

EDIT du 3 mai 2020. Dans son jugement rendu le 1er mai, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté la requête déposée par les associations contre l'Etat et Toulouse Métropole.

Se laver les mains le plus souvent possible, ça paraît facile à dire et à faire. Sauf quand on n’a pas accès à un point d’eau. Dans la métropole de Toulouse, un collectif d’associations (Médecins du Monde, la Cimade, le Secours catholique, Utopia 56, la Fondation Abbé Pierre et un collectif d’avocats) estime que malgré la crise du coronavirus « 2.500 personnes continuent à vivre à la rue ou en habitat précaire, souvent sans accès à l’eau ou à des sanitaires ». Mi-avril, Médecins du Monde a pu constater que sur les 61 bornes d’eau publiques répertoriées, 18 seulement étaient en fonctionnement. Quant aux sanisettes automatiques, qui possèdent un petit évier et sont gérées par l’opérateur JCDecaux, elles ont toutes été fermées au début du confinement.

Lasses de tirer la sonnette d’alarme, les associations ont attaqué les services de l’Etat et Toulouse Métropole devant le tribunal administratif « violation des droits fondamentaux des personnes précaires ». L’audience en référé a eu lieu mercredi.

Des fontaines réparées

Et mercredi justement, la situation a évolué. Au cours d’un conseil municipal, exceptionnel et confiné, Daniel Rougé, l’adjoint aux affaires sociales, a annoncé que les sanisettes de JCDecaux avaient été réquisitionnées le 24 avril par arrêté préfectoral à la suite de « deux injonctions ». Dix-sept d’entre elles vont donc rouvrir progressivement à partir de ce jeudi, « le temps pour l’entreprise de mobiliser ses équipes et les moyens de travailler dans des conditions de sécurité sanitaire ».

Concernant les fontaines, et sachant que les parcs publics sont fermés au mieux jusqu’au 11 mai, Toulouse métropole assure que « 45 bornes sont actuellement fonctionnelles à Toulouse et 4 en cours de réouverture ». La collectivité indique aussi qu’elle a équipé quatre squats (à Toulouse et Blagnac) d’un accès à l’eau. Et sur trois autres sites, qui posent un problème technique, des distributions de bouteilles d’eau sont organisées.

« En conséquence, la collectivité attend sereinement la décision de la justice qui découlera de l’action menée par ces associations à son encontre » conclut-elle. Le tribunal dira si elle a raison d’être confiante.