VIDEO. Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : « Il y a une unité, un esprit de famille », l’aventure humaine d’une usine éphémère de masques

REPORTAGE Venus de tous horizons, près de 200 couturières et couturiers produisent des milliers de masques chaque jour dans une usine du Bassin d’Arcachon, née en quelques jours

Clément Carpentier
— 
Visitez l'usine de fabrication de masques installée sur le Bassin d'Arcachon — 20 Minutes
  • L’usine de fabrication de masques installée en quelques jours sur la Bassin d’Arcachon tourne maintenant à plein régime avec une production de plus de 25.000 pièces par jour.
  • 200 emplois ont été créés en l’espace de très peu de temps. Certains ont retrouvé un travail grâce à ce projet.
  • Tous les salariés sont payés au Smic. Une cinquantaine d’emplois seront pérennisés à long terme.

« Ça fait beaucoup de bien », Valérie* affiche un grand sourire derrière sa machine à coudre. Entre deux masques, celle qui dormait encore il y a quelques jours dans sa voiture, prend un moment pour nous faire part de son bonheur d’être là. De faire partie de cette incroyable aventure humaine au sein de l’usine éphémère installée depuis peu à La-Teste-de-Buch au sud du Bassin d’Arcachon.

Des personnes en grande difficulté comme Valérie, Libero Mazzone en a vu beaucoup répondre à son appel quand il a lancé son projet : « Il y a des gens qui vivaient dans leur garage, d’autres qui n’avaient plus de maison. Beaucoup de chômeurs longue durée nous ont aussi rejoints au fil des jours. Il y a des gens de partout. C’est incroyable ce qu’il se passe ici ». En l’espace de quelques jours ce chef d’entreprise a créé pas moins de 200 emplois grâce à son projet.



Une cinquantaine d’emplois seront pérennisés

Aujourd’hui l’usine fonctionne pratiquement à plein régime. Chaque personne produit 150 masques « grand public » par jour. C’est 25.000 pièces par semaine. « On a déjà produit plus de 200.000 masques à ce jour », précise le chef d’entreprise girondin. Une efficacité redoutable rendue possible grâce à la générosité de chacun à l’image des 130 machines offertes par la société Singer. Mais surtout grâce « une unité et un esprit de famille fantastique, je n’ai jamais vécu quelque chose comme ça ailleurs », avoue Libero Mazzone.

Les masques en tissu respectent tous les normes Afnor.
Les masques en tissu respectent tous les normes Afnor. - Clément Carpentier / 20 Minutes

Tous les salariés, en grande majorité des femmes, sont au Smic et toutes les heures supplémentaires sont payées. « Certaines pourraient faire des heures et des heures. C’est incroyable. Mais il faut savoir se ménager car sept heures sur une chaise à coudre ou debout à trier, ça laisse des traces. On n’est pas sur un sprint mais sur un marathon », explique un jeune homme qui compte inlassablement les masques avant de les ranger dans les cartons. Mais avec une telle énergie, on peut faire des miracles. Au bout de deux semaines, le responsable peut déjà l’affirmer : une cinquantaine d’emplois seront pérennisés à long terme. Et ce chiffre pourrait bien augmenter…

* Le prénom a été changé