C’est l’heure du BIM : Déconfinement stratégique, mystérieuse maladie infantile et Hillary Clinton roule pour Biden

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Illustration d'un bar fermé à Paris
Illustration d'un bar fermé à Paris — SEVGI/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Coronavirus : Pour réussir le déconfinement, le gouvernement gagne du temps

Un discours, et une nouvelle date. Lors de sa très attendue allocution devant l’Assemblée sur le plan de déconfinement mardi après-midi, Edouard Philippe a dévoilé un calendrier et un nouvel horizon pour ajuster les restrictions, le 2 juin, soit trois semaines après le 11 mai, date fatidique de la levée du confinement mis en place il y a six semaines pour freiner l’épidémie de coronavirus. Le Premier ministre a fixé un agenda précis, illustrant la progressivité du déconfinement souhaité par l’exécutif, alors que le virus circule encore en France. Prudent quant au relâchement des restrictions, le gouvernement souhaite aussi s’appuyer sur les élus locaux, et le civisme des Français pour réussir le déconfinement.

Coronavirus : Une maladie peut-être liée au Covid-19 touche des enfants au Royaume-Uni et en France

Les autorités sanitaires britanniques tentent d’établir s’il existe un lien entre la pandémie de coronavirus et une maladie grave touchant depuis peu un petit nombre d’enfants, a indiqué mardi le ministre de la Santé Matt Hancock. Cette maladie apparue récemment ressemble à la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire affectant les jeunes enfants et dont la cause reste indéterminée. Selon le quotidien régional La Dépêche du Midi, une vingtaine de cas similaires ont été recensés en région parisienne.

Présidentielle américaine : Hillary Clinton annonce son soutien à Joe Biden

Ce n’est pas vraiment une surprise. Après Bernier Sanders, Elizabeth Warren et Barack Obama mi-avril, c’est Hillary Clinton qui a officiellement apporté son soutien à Joe Biden pour la présidentielle du 3 novembre ce mardi. Une annonce qui tombe alors que le candidat démocrate a beaucoup de mal à exister lors de la crise du coronavirus, et alors qu’une ancienne accusation d’agression sexuelle contre Biden revient dans l’actualité.