Déconfinement : Le détail d'un calendrier très « progressif » annoncé par Edouard Philippe

CORONAVIRUS Si le 11 mai est dans toutes les têtes, le plan présenté ce mardi par le Premier ministre à l’Assemblée nationale comprend de très nombreuses échéances

Clément Giuliano

— 

Une famille suit les annonces d'Edouard Philippe, ce mardi à Hede-Bazouges.
Une famille suit les annonces d'Edouard Philippe, ce mardi à Hede-Bazouges. — AFP
  • Le 11 mai ne marque qu'une première étape du déconfinement. 
  • De nombreuses échances jalonneront les semaines à venir. 
  • 20 Minutes fait le point sur le calendrier esquissé ce mardi par le Premier ministre.

Il n’y a pas que le 11 mai. Si cette date est dans toutes les têtes depuis la dernière allocution d'Emmanuel Macron, le déconfinement sera en réalité très « progressif », a souligné Edouard Philippe devant l’Assemblée nationale ce mardi. Réouverture des commerces et des établissements scolaires, définition des zones « rouges », dispositif de chômage partiel… la lutte contre le coronavirus n’est pas terminée. 20 Minutes fait le point sur le calendrier des semaines à venir.

Jeudi 30 avril : la carte des zones rouges

Jérôme Salomon, directeur général de la santé, présentera ce jeudi la première carte des départements en catégorie « rouge », « où le déconfinement doit prendre une forme plus stricte », et de ceux classés en « vert », où la circulation du virus est considérée comme « limitée », a annoncé Edouard Philippe. Ce document sera mis à jour quotidiennement à partir du « taux de cas nouveaux », des « capacités hospitalières régionales en réanimation » et des capacités de détection des malades.

Le Premier ministre entamera aussi ce jeudi des discussions avec les syndicats de salariés et les représentants patronaux sur la reprise du travail à compter du 11 mai.

Samedi 2 mai : un texte pour prolonger l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement présentera en Conseil des ministres un projet de loi pour prolonger l'« état d’urgence sanitaire », en vigueur jusqu'au 23 mai, « peut-être jusqu’au 23 juillet ». Un texte qui sera soumis au Parlement « la semaine prochaine ».

Jeudi 7 mai : le « final cut »

Publication de LA carte. Celle qui fixera les conditions de déconfinement quatre jours plus tard, selon la catégorie, rouge ou verte, de chaque département. Car, comme l’a souligné Edouard Philippe, le déconfinement sera « adapté aux réalités locales », et donc plus restreint dans les zones les plus touchées par le Covid-19.

Lundi 11 mai : déconfinement, acte I

C’est le grand jour ! Un grand nombre d’activités interdites depuis le 18 mars seront à nouveau autorisées, comme nous vous le détaillons dans cet article. Les enseignants feront leur pré-rentrée pour lancer la réouverture progressive des écoles maternelles et primaires à compter du 12 mai « partout sur le territoire, et sur la base du volontariat ».

Lundi 18 mai : réouverture des collèges dans les zones peu touchées

« A compter du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous pourrons envisager d’ouvrir les collèges, en commençant par la 6e et la 5e », a annoncé le Premier ministre. Nous vous détaillons toutes les annonces relatives à l'école dans cet article.

Jeudi 21 mai : c’est bien férié !

« Le jeudi de l’Ascension sera bien férié », a rassuré Edouard Philippe. Ouf ! « Mais je dis clairement aux Français que ce n’est pas le moment de quitter son département pour partir en week-end. » Car, comme l’a annoncé le chef de l’exécutif, les déplacements seront limités à un rayon de 100 km du domicile, sauf « pour un motif impérieux, familial ou professionnel ».

Vendredi 23 mai : décision sur les élections municipales

Cette date n’a pas été rappelée par Edouard Philippe dans son discours, mais elle figure dans la loi instaurant un « état d’urgence sanitaire ». Cette loi impose au gouvernement de faire connaître au plus tard le 23 mai sa décision sur l'organisation du deuxième tour des municipales, à partir de l’avis qui lui aura été rendu par le comité scientifique sur le coronavirus. Le deuxième tour de ces élections devait initialement avoir lieu le 22 mars.

« Fin mai » : décision sur les lycées, les cafés et les vacances

« C’est fin mai que nous statuerons notamment sur la réouverture des cafés et des restaurants », a annoncé Edouard Philippe. Cette réouverture pourrait alors intervenir « après le 2 juin ». Autres décisions attendues à cette période : celles sur « les vacances », mais aussi, dans un tout autre registre, sur la réouverture des lycées, « en commençant par les lycées professionnels, début juin ».

Lundi 1er juin : évolution du dispositif de chômage partiel

« Le dispositif d’activité partielle, qui est l’un des plus généreux d’Europe, restera en place jusqu’au 1er juin. Il nous faudra ensuite l’adapter progressivement, afin d’accompagner la reprise d’activité si l’épidémie est maîtrisée, a prévenu Edouard Philippe. Bien sûr, nous continuerons à protéger les personnes vulnérables et les secteurs professionnels qui demeureraient fermés. »

Mardi 2 juin : nouvelle étape du déconfinement ?

Début de la « phase deux » du déconfinement, qui « ira jusqu’à l’été ». Les bars et restaurants pourraient, par exemple, être autorisés à lever à nouveau le rideau à cette date, selon des modalités à définir. Les plages, salles des fêtes et lieu de culte pourraient également rouvrir, a précisé le chef du gouvernement.

La période comprise entre le 11 mai et le 2 juin devra en effet permettre, selon Edouard Philippe, de « vérifier que les mesures mises en œuvre permettent de maîtriser l’épidémie, et d’apprécier, en fonction de son évolution, les mesures à prendre » pour la suite. « C’est donc en gravissant des marches de trois semaines que nous allons avancer », a prévenu le chef du gouvernement, qui a appelé les Français au « civisme » pour permettre le franchissement d’une nouvelle « marche » le 2 juin.