Coronavirus : Le déconfinement « progressif et adaptable » dévoilé ce mardi

CORONAVIRUS Le Premier ministre Edouard Philippe présentera à 15h devant l’Assemblée les grandes règles à appliquer dans six domaines clés : écoles, commerces, entreprises, tests et isolement des malades, masques et rassemblements

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée.
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée. — AFP

Déconfinement, mode d’emploi : le gouvernement présente mardi son plan pour faire redémarrer le pays par étapes à partir du 11 mai, alors que l’épidémie continue de ralentir et qu’un médicament semble prometteur contre les formes graves du nouveau coronavirus.

C’est à 15 h que le Premier ministre, Edouard Philippe, présentera devant l’Assemblée les grandes règles à appliquer dans six domaines clés : écoles, commerces, entreprises, tests et isolement des malades, masques et rassemblements. Quinze jours ont passé depuis le discours du président Emmanuel Macron : le délai demandé est tenu.

A deux semaines du Jour J, les arbitrages de cette stratégie tant attendue ont fait l’objet de six heures de réunion non-stop à l’Elysée lundi. Autour d’Emmanuel Macron, le Premier ministre, le pilote du plan Jean Castex, les ministres Olivier Véran (Santé) et Jean-Michel Blanquer (Education) ont passé en revue les critères sanitaires, les objectifs et les règles dans tous les secteurs.

Les trois prochaines semaines de mai

Quelques grands principes sont déjà connus, comme le retour des élèves à l’école sur la base du volontariat, l’adaptation locale sous la houlette des maires, la réouverture des commerces sauf les cafés-restaurants et le masque obligatoire dans les transports en commun.

Le plan présenté mardi portera d’abord sur les trois prochaines semaines de mai, avec une clause de revoyure début juin, dans un esprit « ultra-pragmatique », précise un proche de l’exécutif. Avec trois grands principes : « progressivité, réversibilité et adaptabilité ». « Le chef de l’Etat et le gouvernement ont un objectif clair : protéger les Français dans un contexte où nous devons vivre avec le virus. D’où des contraintes proportionnées et choisies, et des règles allant du 11 mai à la fin du mois, suivies d’une nouvelle période à partir de début juin », détaille cette source.

Débat et vote des députés

Après le discours d’Edouard Philippe, le plan fera l’objet d’un débat de 2h30 avec les députés, dont 75 pourront être physiquement présents, puis sera soumis au vote – une procédure qui n’était pas obligatoire. Un vote qui sera « probablement l’une des décisions les plus lourdes qu’un parlementaire aura eues à prendre depuis la Seconde Guerre mondiale », a observé lundi soir le dirigeant PS, Olivier Faure, regrettant le peu de temps laissé aux députés pour débattre et juger.

Tout l’enjeu est de faire repartir l’économie sans déclencher une deuxième flambée de l’épidémie, ralentie mais pas stoppée par 42 jours de confinement. Lundi soir, le bilan du coronavirus en France atteignait 23.293 décès, soit 437 de plus en vingt-quatre heures, dont 295 dans les hôpitaux. Le nombre de personnes en réanimation continue de décroître lentement, avec 74 malades de moins.