Coronavirus : « Pourquoi exige-t-on que l'on travaille gratuitement ? » s’interrogent les couturières professionnelles sollicitées pour fabriquer des masques

PRODUCTION Elles viennent de lancer le collectif « Bas les masques » pour dénoncer cette situation et interpeller le gouvernement

Caroline Girardon

— 

Des couturières, costumières et créatrices professionnelles de France ont crée un collectif pour demander à être rémunérées lorsqu'elles sont sollicitées par les collectivités pour fabriquer des masques.
Des couturières, costumières et créatrices professionnelles de France ont crée un collectif pour demander à être rémunérées lorsqu'elles sont sollicitées par les collectivités pour fabriquer des masques. — RAPHAEL BLOCH/SIPA
  • Sollicitées par les collectivités, les hôpitaux ou les entreprises afin de fabriquer massivement des masques, des couturières et costumières professionnelles de France tirent la sonnette d’alarme.
  • Réunies au sein d’un collectif, elles demandent que ce travail leur soit désormais payé.
  • Elles appellent également l’Etat à réquisitionner les ateliers et les usines des grands groupes de fabrication textile.

Depuis quelques jours, l’incompréhension s’est installée. Les voix commencent à s’élever pour dénoncer une situation devenue gênante. Sollicitées par les collectivités, les mairies, les hôpitaux ou les entreprises afin de confectionner des masques pour les particuliers ou des blouses pour les soignants, les couturières, costumières et créatrices professionnelles de toute la France n’acceptent plus de travailler gratuitement.

Le mouvement de révolte est parti la semaine dernière. En deux jours, plus de 300 salariées ont rejoint le collectif baptisé « Bas les masques » pour tenter de se faire entendre et interpeller le gouvernement à ce sujet. Une pétition a également été lancée sur Internet.

« Au départ du confinement, nous avons toutes été bénévoles. Spontanément, nous avons retroussé nos manches pour aider, car on avait bien compris qu’il y avait une urgence. Le fait que les soignants, infirmiers, médecins ne disposaient pas de masques nous a outrées », relate Christie, 48 ans, costumière à Paris. Penchées des heures sur leurs machines, les précieuses petites mains se sont donc activées dans l’ombre pour colmater les brèches, comme elles le pouvaient, collectant tous les bouts de tissus qu’elles trouvaient, créant des petits regroupements par quartier, actionnant leurs contacts sur les réseaux sociaux. Sans rien exiger en retour.

« Aujourd’hui, le mouvement a dépassé de loin le bénévolat »

« L’idée était d’agir rapidement en attendant que la situation s’éclaircisse et que les masques promis par l’Etat arrivent », précise Christie. Sauf que cet élan de solidarité est devenu au fil des jours « une norme ». Et c’est bien là tout le problème, s’inquiètent-elles. « Aujourd’hui, le mouvement a dépassé de loin le bénévolat. Il est en train de remplacer une industrie qui devrait être prise en charge par le gouvernement », observe Jackie Tadeoni, également courroucée par la tournure des événements. Costumière, elle travaille en free-lance comme intermittente à Paris. Depuis le début du confinement, elle a déjà passé une centaine d’heures les yeux rivés sur ses aiguilles et ses bobines pour équiper les soignants. Sans recevoir aucune contrepartie financière. Elle l’a fait de bon cœur. « Cela nous coûte même de l’argent, sourit-elle. Les élastiques finissent par manquer, le fil aussi. On les achète sur nos propres deniers ». Christie a dû débourser « plusieurs centaines d’euros » pour reconstituer ses stocks, « sans compter les frais de port ». Certaines ont même dû ouvrir des cagnottes en ligne.

Joséphine, costumière à Lyon au chômage depuis le confinement, avait elle aussi décidé de donner généreusement de son temps pour dépanner les soignants au début de la crise. Le bouche-à-oreille s’est répandu. Et la jeune femme a, ensuite, été rapidement submergée par les demandes de particuliers, qui se sont pressés afin de lui commander des masques en tissus. Elle a proposé de se faire payer.

« Comme si on exigeait d’un boulanger de ne pas faire payer son pain aux clients »

« Je me suis fait insulter à plusieurs reprises. On m’a reproché de vouloir profiter de la situation pour me faire de l’argent… », révèle-t-elle, « agacée » par ces retours agressifs. Et de s’interroger : « Pourquoi globalement, exige-t-on de nous de travailler gratuitement alors que nos métiers ont un savoir-faire indispensable en ce moment ? C’est comme si on exigeait d’un boulanger de ne pas faire payer son pain aux clients. Ou aux agriculteurs de nourrir gratuitement la population. Cela ne viendrait à l’esprit de personne ».

« Au final, cela équivaut à considérer nos métiers, qui demandent pourtant une énergie terrible, comme des tâches domestiques », soulève-t-elle encore. Comme un « hobby », dira Jackie, rappelant qu’en « temps d’efforts de guerre, les ouvrières étaient rémunérées ». La solution serait, selon elle, que « l’Etat réquisitionne des ateliers et les usines des grands groupes de fabrication textile, les fonctionnaires qui travaillent dans les ateliers des Opéras et des théâtres nationaux », qu'« il passe commande (auprès des usines locales) et achète les masques ». Et qu’il rémunère ainsi ses professionnelles du textile, au chômage technique depuis près de deux mois.

« Que l’Etat et les collectivités aient été dépassés au début, je l’entends. Mais aujourd’hui, ils ont eu le temps de s’organiser », estime Joséphine. « On ne demande pas la lune. Juste que les choses soient davantage encadrées. Il ne s’agit pas de refuser de travailler. Bien au contraire. On ne demande que cela. Mais plus gratuitement… » conclut Christie.