Coronavirus : 120 marins du porte-avions Charles de Gaulle déclarés guéris

EPIDEMIE Ces marins ne présentent plus de symptôme du Covid-19 et ont pu sortir du confinement, selon la Marine

20 Minutes avec AFP

— 

Retour du porte-avions Charles de Gaulle, le 11 avril 2020 à Toulon.
Retour du porte-avions Charles de Gaulle, le 11 avril 2020 à Toulon. — MARINE NATIONALE/SIPA

Près de deux semaines après leur retour à Toulon, 120 marins du porte-avions Charles de Gaulle, testés positifs au Covid-19 à bord ou à leur retour à terre, ont été déclarés guéris. Ils ont pu sortir de leur confinement, a annoncé ce vendredi le porte-parole de la Marine.

Ces marins « ne montrent plus de symptômes depuis 48 heures et ont été testés à la sortie » de l’hôpital d’instruction des armées de Toulon ou de leur confinement en enceinte militaire, a détaillé le capitaine de vaisseau Eric Lavault. Ils étaient arrivés à Toulon à bord du porte-avions le 12 avril en présentant des symptômes du nouveau coronavirus.

Douze marins hospitalisés, deux en réanimation

« Pour ceux qui sortent, le port du masque est obligatoire à domicile. Ils ne sont pas renvoyés chez eux en cas de personne à risque à leur domicile », a-t-il ajouté. Ainsi, une centaine d’autres marins considérés guéris, qui auraient pu rentrer chez eux, ont fait le choix de rester pour l’heure en enceinte militaire.

Douze marins sont encore hospitalisés, dont deux en réanimation, a précisé le porte-parole de la Marine. Près des deux tiers de l’équipage du porte-avions, soit 1.046 marins sur 1.760, avaient été testés positifs. Les marins testés négatifs ou asymptomatiques sont actuellement en quatorzaine en enceinte militaire. « Ces marins vont sortir progressivement à partir de lundi, à hauteur d’une centaine par jour », après une visite médicale individualisée réalisée par le service de santé des armées, selon Eric Lavault.

Enquête sur une contamination massive

D’après l’état-major, le virus s’est probablement invité à bord lors d’une escale du bâtiment à Brest mi-mars. Deux enquêtes, l’une épidémiologique et l’autre de commandement, doivent faire la lumière sur les causes et la gestion de cette contamination massive qui a contraint le Charles de Gaulle à anticiper son retour de mission d’une dizaine de jours.

Au-delà du porte-avions, moins de 50 cas cumulés de contaminations ont été recensés parmi les militaires français en opérations extérieures depuis le début de la crise sanitaire, a précisé le général Lecointre, chef d’état-major des armées. Seuls « quelques cas » ont été constatés chez les 5.100 militaires de l’opération antidjihadiste Barkhane au Sahel, avait-il assuré mercredi à l’Assemblée nationale.

Au total, le ministère des Armées compte à ce jour 1.500 cas confirmés de coronavirus parmi ses personnels, selon les chiffres fournis mercredi par le service de santé des armées (SSA), qui incluent le millier de marins du porte-avions Charles de Gaulle testés positifs.