Coronavirus en Bretagne : Un relais routier ancestral a rouvert ses portes pour les chauffeurs

EPIDEMIE Le relais routier de Beg Ar C'hra, installé au bord de la RN12, a rouvert lundi

C.A. avec AFP

— 

Gaud Le Manchec tient le relais-routier de Beg Ar C'hra, dans les Côtes-d'Armor. Il vient de rouvrir après avoir fermé en raison de l'épidémie de coronavirus. Lancer le diaporama
Gaud Le Manchec tient le relais-routier de Beg Ar C'hra, dans les Côtes-d'Armor. Il vient de rouvrir après avoir fermé en raison de l'épidémie de coronavirus. — Fred Tanneau / AFP

C’est une véritable institution qui avait dû fermer, à cause de l’épidémie de coronavirus. Mais depuis lundi, le relais routier de Beg Ar C’hra a rouvert ses portes sur les bords de la RN12 à hauteur de Plounévez-Moëdec, dans les Côtes d'Armor. Installé là depuis 150 ans, il propose depuis quelques jours aux chauffeurs routiers un plateau-repas. Coronavirus oblige, ces derniers doivent le manger dans leur camion.

Les propriétaires de l’établissement proposent chaque jour un repas aux nombreux chauffeurs qui passent par cet axe essentiel à l'approvisionnement agroalimentaire de la France​. Au menu mardi midi : « en entrée, une salade de riz au thon avec un œuf, en plat principal, un émincé de poulet à la crème, et, en dessert, un gâteau au chocolat maison, énumère Gaud Le Manchec qui tient l’établissement avec son mari Erwan. Le café, ils viennent le chercher après ».

« Ils ont besoin de parler, il y a beaucoup de solitude »

Situé entre Guingamp et Morlaix (Finistère), le relais routier sert en général entre 100 et 150 couverts chaque jour. Depuis la réouverture, 30 à 40 plateaux sont servis. « On a mis en accès libre une douche et les toilettes. Les chauffeurs sont satisfaits. Quand on leur parle de sandwich, ils nous disent : assez de sandwichs ! On veut un plat chaud! », raconte la restauratrice.

« On sent bien que les routiers apprécient. On échange un peu, ils ont besoin de parler. Il y a beaucoup de solitude », constate la restauratrice.