Coronavirus en Bretagne : Emmanuel Macron dit oui à la relance de l’usine de masques fermée en 2018

EPIDEMIE Le président de la République était en déplacement dans le Finistère mercredi

Camille Allain
Emmanuel Macron porte un masque lors d'une visite à Pantin, le 7 avril 2020. Le président de la République a donné son feu vert à la relance d'une usine en Bretagne.
Emmanuel Macron porte un masque lors d'une visite à Pantin, le 7 avril 2020. Le président de la République a donné son feu vert à la relance d'une usine en Bretagne. — Gonzalo Fuentes/AP/SIPA

Les anciens salariés de l’usine de Plaintel (Côtes d’Armor) grincent des dents. Fermé en 2018 par son propriétaire américain Honeywell pour être délocalisé en Tunisie, ce site de production de masques fait cruellement défaut en pleine épidémie de coronavirus. Mais l’idée de l’ancien directeur de l’usine de relancer la production semble en bonne voie. Mercredi, le projet a reçu le soutien du président de la République, en visite dans le département voisin du Finistère.

Interrogé par la presse, Emmanuel Macron a assuré que l’Etat allait soutenir la relance d’une usine de masques située à Plaintel en passant commande. Cette promesse est une première réponse aux interrogations de la région Bretagne et du département des Côtes d’Armor, qui en avaient appelé à l'Etat et à l'Europe pour remplir le carnet de commandes de l’usine bretonne.


Depuis plusieurs semaines, Emmanuel Macron insiste sur la nécessité de relocaliser certaines productions, et notamment celles de masques. Le président de la République a estimé que la France allait produire « plusieurs millions de masques grand public par semaine, à capacité de filtration très élevée », homologués par l’Afnor.

L’usine de Plaintel, fermée depuis deux ans, pourrait contribuer à cet effort. Le site a cependant complètement disparu. Les machines ont été détruites ou envoyées en Tunisie et les bâtiments vendus. D’après le porteur du projet Jean-Jacques Fuan, ancien directeur de l’usine sacrifiée, il faudrait environ 18 mois pour relancer la production de masques. Mais ce dernier insiste sur la nécessité d’avoir des engagements des pouvoirs publics « pour garantir l’avenir d’un tel site ». C’est désormais chose faite.