Coronavirus à Lyon : Protection des usagers, trafic, tarifs… A quoi s’attendre dans les TCL lors du déconfinement ?

TRANSPORT EN COMMUN Le Sytral, organisateur des TCL à Lyon, a présenté ce mercredi les mesures envisagées lors du déconfinement, pour permettre la reprise du trafic à plus grande échelle tout en assurant la protection des usagers

Elisa Frisullo

— 

Illustration de confinement dans le métro à Lyon.
Illustration de confinement dans le métro à Lyon. — C. Girardon / 20 Minutes
  • Dès le 11 mai, le trafic des TCL, au ralenti pendant le confinement, devrait reprendre progressivement à 80 %.
  • Pour rassurer les usagers habituels et favoriser leur retour dans les TCL, le Sytral a prévu une série de mesures sanitaires.
  • Tout n’est pas encore fixé, beaucoup de questions encadrant encore le déconfinement progressif prévu par le gouvernement, à commencer par le port du masque et le retour des élèves en classe.

Au ralenti depuis le début du confinement, avec 48 % du trafic habituel assuré aujourd’hui sur une amplitude horaire (5h – 23h) plus courte, les TCL devraient reprendre progressivement un service plus conséquent dès le 11 mai à Lyon. La présidente du Sytral, autorité organisatrice des transports en commun, Fouziya Bouzerda a présenté ce mercredi les premières mesures envisagées lors du déconfinement. 20 Minutes vous explique ce qui se dessine.

Une reprise progressive vers un trafic plus important

A partir du 11 mai, le trafic des bus, trams, métros et funiculaires devrait progressivement reprendre à 80 %, et ce pour plusieurs mois. Une reprise normale du trafic n’est pas prévue avant la rentrée de septembre par le syndicat mixte. Pour le transport scolaire, assuré en temps normal en partie par des lignes de bus spéciales, rien n’est encore fixé, personne ne connaissant actuellement les intentions précises du gouvernement pour le retour des élèves en classe. Pour le Sytral, l’enjeu du déconfinement est de taille et l’offre de transport qui pourra être proposée est l’un des éléments essentiels.

Après des semaines de confinement et des règles de distanciation sociale qui seront plus que jamais nécessaires lors du déconfinement, il s’agira d’éviter que les usagers habituels ne boudent les transports en commun. « La crainte, c’est qu’il y ait un report sur la voiture qui ne représentait avant la crise sanitaire qu’un quart des déplacements effectués à Lyon et Villeurbanne », souligne Fouziya Bouzerda, qui a lancé une enquête auprès d’un panel d’usagers pour planifier au mieux le déconfinement. L’objectif est de connaître leurs attentes au-delà du 11 mai dans les TCL et d’essayer d’évaluer le flux de voyageurs qui pourrait réutiliser les transports en commun le moment venu.

Masques, bornes désinfectantes…

Pour rassurer les usagers et favoriser leur retour progressif sur le réseau, qui a enregistré 500 millions de voyages en 2019, le Sytral mise aussi et beaucoup sur les gestes barrières et mesures sanitaires. « Je n’imagine pas que le port du masque ne soit pas généralisé dans les transports en commun », a indiqué Fouziya Bouzerda, attendant une décision en ce sens du gouvernement. « La généralisation sera indispensable, on aura du mal à organiser une vraie distanciation sociale », a-t-elle ajouté.

En complément des masques en tissu qui devraient être remis par les collectivités aux habitants, selon les annonces faites par les mairies, la métropole et la région, des distributeurs de masques payants doivent être installés sur le réseau, dans les stations de métro et les pôles d’échanges. Des bornes désinfectantes innovantes sont également prévues. La première devrait faire son apparition dès cette fin de semaine à la Part-Dieu. « C’est efficace et très rapide. Vous n’avez rien à toucher. Vous mettez les mains dessous et ça vous désinfecte et sèche en quelques secondes », a précisé la présidente du Sytral.

Sur les lignes de tramways, des distributeurs de gel hydroalcoolique sont également prévus. Un gros travail est également en cours pour organiser les flux de voyageurs sur le réseau et favoriser ainsi au maximum la distanciation sociale dans les TCL. Une signalétique particulière sera mise en place et des agents seront mobilisés en nombre pour rappeler aux usagers les gestes barrières et les règles de protection contre le virus.

Les personnels protégés, le matériel désinfecté

Pour renforcer la protection des personnels des TCL, plusieurs mesures sont prévues. Dès le 4 mai, tous les chauffeurs de bus seront dotés de masques, les bus équipés de vitres de protection pour éviter les contacts avec les chauffeurs. Pour les préserver, ces derniers ont été munis de gel hydroalcoolique il y a quelques semaines et la montée par l’avant dans les bus a été stoppée. Comme aujourd’hui, les titres de transport ne pourront pas être achetés à bord. Le matériel roulant sera désinfecté chaque jour comme c’est le cas actuellement, avec une fréquence renforcée en raison du retour en plus grand nombre de voyageurs sur le réseau.

Quel prix pour les usagers ?

Depuis le 17 mars, la fréquentation du réseau s’est écroulée, forcément, avec une chute de 90 % observée par le Sytral. Face à la situation, les abonnements ont été remboursés depuis le début du confinement, en mars et en avril, et la gratuité a été décidée pour les personnels soignants. « 2.500 cartes de transport leur ont jusqu’à présent été distribuées sur demande », ajoute Fouzia Bouzerda. En mai, les abonnements seront facturés à moitié prix, selon le Sytral, dont les pertes financières consécutives à la crise sont colossales.

Au-delà de la baisse des recettes, le surcoût lié à l’arrêt des chantiers ou encore la suppression du versement transports (par les entreprises) vont lourdement peser sur les finances du syndicat mixte. « Nous estimons, selon nos prévisions pour les prochaines semaines et les prochains mois, que les pertes seront de l’ordre de 70 à 100 millions d’euros. Ce qui est évidemment très significatif », ajoute Fouzia Bouzerda. Surtout lorsque l’on sait que faire fonctionner un réseau comme les TCL coûte 1,2 million d’euros par jour…