Coronavirus en Bretagne: Le tacle du chef Olivier Roellinger avant la visite d'Emmanuel Macron

AGRICULTURE Le restaurateur de Cancale critique l’objet de la visite du président de la République ce mercredi dans le Finistère

Camille Allain

— 

Le chef cuisinier breton Olivier Roellinger, ici photographié en 2012.
Le chef cuisinier breton Olivier Roellinger, ici photographié en 2012. — V. Hache / AFP

Il n’est pas du genre à donner son point de vue sur l’actualité. Pas non plus du genre à venir tacler qui que ce soit. Ce mercredi, le chef breton Olivier Roellinger s’est pourtant fendu d’un tweet acide en direction du président de la République. Attendu dans le Finistère ce mercredi, Emmanuel Macron visitera un producteur de tomates membre de la Sica Saint-Pol-de-Léon, l'une des plus grosses coopératives d'agriculteurs françaises. Et visiblement, ce n’est pas du goût de l’ancien chef de La Maison de Bricourt, célèbre pour ses épices.

Dans un tweet, celui qui avait rendu ses trois étoiles au Guide Michelin il y a un peu plus de dix ans​ s’interroge sur ce choix. « En Bretagne, des tomates cultivées hors sol et hors saison sous serres chauffées toute l’année puis vendues en grande surface n’incarnent pas le nouveau modèle agro alimentaire que le Président Macron nous a demandé d’imaginer pour un autre monde collaboratif et éthique », estime le chef cuisinier de Cancale (Ille-et-Vilaine). Attendu dans l’après-midi à Cléder pour y visiter des serres de tomates, Emmanuel Macron se rendra ensuite au Super U de Saint-Pol-de-Léon en présence du patron du groupe de grande distribution Dominique Schelcher.

Depuis longtemps investi pour un mouvement de « slow food », le chef a fait paraître en fin d’année un livre intitulé Pour une révolution délicieuse, où il évoque la nécessité de changer le modèle agricole. « L’alimentation ne doit pas être une industrie. Il faut extraire la nourriture des griffes de l’agroalimentaire, des lobbies très puissants du monde agricole et des quatre grandes plates-formes de grandes surfaces qui, on vient de l’apprendre, se goinfrent sur le bio », critiquait le chef dans une interview accordée au Télégramme.