Coronavirus : Les Polynésiens bloqués en métropole rentreront progressivement chez eux à partir de ce mercredi

EPIDEMIE Un vol aller-retour entre Papeete et Paris sera organisé tous les dix jours pendant trois mois, pour rapatrier les centaines de Polynésiens bloqués en métropole depuis mi-mars

20 Minutes avec agences

— 

Un Boeing 787-9 Dreamliner de la compagnie Air Tahiti, au Bourget le 18 juin 2019.
Un Boeing 787-9 Dreamliner de la compagnie Air Tahiti, au Bourget le 18 juin 2019. — Francois Mori/AP/SIPA

Ils sont bloqués en métropole depuis la suspension des vols commerciaux mi-mars à cause ducoronavirus. Un peu plus de 300 Polynésiens doivent commencer à rentrer ce mercredi à Tahiti, a annoncé le ministre de la Santé du gouvernement local, Jacques Raynal.

Plusieurs ont de grandes difficultés pour se loger, voire se nourrir en métropole, et ont lancé des appels de détresse. La plupart faisaient du tourisme ou rendaient visite à leur famille. Mais quelques-uns étaient en évacuation sanitaire pour des pathologies lourdes, souvent des cancers dont la prise en charge n’est pas possible en Polynésie.

Un aller-retour tous les dix jours

Ce mercredi, une trentaine de patients et d’accompagnateurs doivent prendre un vol de continuité territoriale, c’est-à-dire affrété par la France pour maintenir un lien avec la métropole.

Le haut-commissariat, qui représente l’Etat dans cette collectivité d’outre-mer, a signé une convention avec la compagnie Air Tahiti Nui : elle prévoit un aller-retour entre Papeete et Paris tous les dix jours pendant trois mois, pour un montant total de 3,5 millions d’euros financés par l’Etat. Ces vols doivent acheminer aussi du matériel sanitaire.

Des tests avant le départ

Les autres Polynésiens devraient rentrer au cours du mois de mai. Il ne pourra pas y avoir « plus de 100 à 110 personnes par vol pour respecter la distanciation », a précisé Jacques Raynal. Tous les Polynésiens qui reviennent chez eux subiront un test et un examen médical avant leur départ. Ils seront placés en quatorzaine à leur arrivée. Par ailleurs, les centaines d’étudiants tahitiens bloqués en métropole peuvent s’inscrire à la délégation de la Polynésie française à Paris pour solliciter une place sur un vol retour.

Après un mois de confinement et trois semaines de couvre-feu, l’épidémie paraît sous contrôle en Polynésie, avec 57 cas de Covid-19 détectés, un seul patient en réanimation et aucun décès.