Coronavirus : Non, cette vidéo ne montre pas des émeutes provoquées par la chute du cours du pétrole

FAKE OFF Une vidéo de dégradations commises le jour de l'investiture de Donald Trump, en 2017, est sortie de son contexte et reliée à la baisse du cours du pétrole due à l'épidémie de Covid-19

A.O.

— 

Un extrait de la vidéo sortie de son contexte.
Un extrait de la vidéo sortie de son contexte. — capture d'écran/YouTube
  • L'épidémie mondiale de Covid-19 et les mesures prises pour l'endiguer entraînent une chute du cours du pétrole, ce dernier ayant même été négatif à la clôture ce lundi.
  • Aux Etats-Unis, cette situation inédite aurait poussé à des émeutes violentes, à en croire une vidéo relayée sur Facebook.
  • Mais ces images datent du 20 janvier 2017 et ont été filmées à Washington lors de l'investiture de Donald Trump à la présidence. 

Le dévissage du cours du pétrole provoqué par l’épidémie mondiale de Covid-19 et les mesures de confinement en vigueur à travers le monde entraîne-t-il dans la foulée celui de certains citoyens américains, inquiets de voir le prix de l’or noir poursuivre sa chute ?

C’est ce que laisse penser une vidéo partagée sur Facebook, où l’on voit une foule (principalement vêtue de noir) briser la vitre d’une agence Bank of America, ou encore saccager des poubelles avant d’être poursuivie par les forces de l’ordre. « USA : La chute du prix du pétrole provoque des émeutes », affirme simplement la légende de cette séquence partagée sans plus de précisions.

Or, si les images en question ont bien été filmées aux Etats-Unis, elles n’ont rien à voir avec le cours actuel du pétrole et les conséquences de l’épidémie de coronavirus, puisqu’elles datent de 2017.

FAKE OFF

La mention « RadioFreeEurope/RadioLiberty » affichée en haut à gauche des images permet notamment de remonter, en quelques recherches, à leur source. Et en l’occurrence à une vidéo mise en ligne sur YouTube par la radio américaine, en janvier 2017.

Celle-ci montre en fait des dégradations commises à Washington, à quelques blocs de la Maison-Blanche, le 20 janvier, jour de l’investiture de Donald Trump à la tête des Etats-Unis.

La vidéo reprend en outre des images de l’agence de presse londonienne Reuters (dont on aperçoit le logo à certains moments), qui détaillait, dans un article de l'époque, cette flambée de violences ayant entraîné l’arrestation d’au moins 217 personnes.