Coronavirus : Pour François Bayrou, « il y a eu des manquements et des ratés » à cause d’un Etat trop centralisé

EPIDEMIE François Bayrou, estime que le 11 mai est « une date raisonnable » pour procéder au déconfinement des Français et des Françaises. Le maire de Pau a commandé 500.000 masques pour ses concitoyens

F.H. avec AFP

— 

François Bayrou, en septembre 2019.
François Bayrou, en septembre 2019. — ISA HARSIN/SIPA

Le centralisme a-t-il contribué au développement de l’épidémie de coronavirus en France ? Oui, selon François Bayrou, invité ce dimanche du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. Le maire de Pau a dénoncé « un problème d’organisation de la société française qui se tourne perpétuellement vers l’Etat centralisé ». « Est-ce qu’on était prêts ? Non. Est-ce qu’il y a eu des manquements et des ratés ? Oui, notamment sur les masques et les tests », a-t-il souligné.

En Allemagne, Etat fédéral, « l’impact de l’épidémie est plus faible » parce qu’il y a eu « une anticipation plus grande » mais des « initiatives locales, régionales, des villes ». « L’Etat n’a pas la faculté de prévoir ce qui est inédit et ne favorise pas les initiatives qui sont toujours dérangeantes, hors normes. S’il y a une chose qu’on doit retenir de cette crise, c’est que les réseaux d’initiative locales sont plus efficaces pour répondre à l’imprévisible », a insisté le patron du parti centriste.

Concernant le déconfinement, François Bayrou estime que la date du 11 mai​ est « une date raisonnable » car « on ne peut pas laisser un peuple enfermé pendant des mois ». Il faudra, selon lui, rendre le masque obligatoire dans les transports en commun, notamment dans les grandes agglomérations. Lui-même en a commandé 500.000 pour sa ville et son agglomération. Il a applaudi la décision du chef de l’Etat de ne pas confiner les séniors au-delà du 11 mai car « ça aurait été une faute ».