Coronavirus : Les policiers frappent à la porte des collectivités locales pour avoir des masques

COVID-19 En froid avec le ministère de l’Intérieur, deux syndicats de gardiens de la paix ont obtenu plusieurs centaines de milliers de masques auprès des régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes.

Thibaut Chevillard
— 
Des policiers portant des masques près de la gare de Nantes
Des policiers portant des masques près de la gare de Nantes — LOIC VENANCE / AFP
  • Plus de 100.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter le confinement de la population et contrôler les attestations de déplacement dérogatoire.
  • Des organisations syndicales reprochent au ministère de l’Intérieur de ne pas avoir distribué suffisamment de masques aux policiers et de ne pas les autoriser à en porter en permanence.
  • Les deux principaux syndicats de gardiens de la paix, Alliance et Unité SGP police-FO, ont donc sollicité des régions et ont déjà obtenu de leur part plus de 200.000 équipements.

Le sujet empoisonne les relations entre la place Beauvau et les syndicats de police. Ces derniers demandent depuis plusieurs semaines que les agents sur le terrain soient autorisés à porter des masques afin de se protéger du coronavirus. Mais le ministère de l'Intérieur campe sur sa position : les masques de type chirurgicaux ou de type FFP2 doivent être réservés aux personnels de santé. Et les policiers qui en seraient dotés doivent « les utiliser seulement lorsqu’ils sont confrontés à une personne manifestement atteinte par le virus », rappelait le secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez, dans une interview accordée récemment à 20 Minutes.

« Nous ne sommes pas médecins ! Les agents ne peuvent pas entendre ce genre de chose », fulmine Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance police nationale. « Ce n’est pas à l’administration de décider si un agent peut en porter un, c’est de son intégrité physique dont il est question », ajoute-t-il. Des organisations syndicales, les deux plus importantes de la police nationale, ont donc décidé de se tourner vers les collectivités locales pour obtenir des masques. Alliance et Unité SGP Police-FO ont ainsi sollicité l’aide des régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes, pilotées respectivement par Valérie Pécresse (ex-LR) et Laurent Wauquiez (LR), qui leur en ont déjà remis plus de 200.000 au total.

« Un appel aux dons il y a trois semaines »

Pourtant, Christophe Castaner a assuré, ce mardi sur France Inter, que 3,6 millions de masques avaient été d’ores et déjà distribués aux policiers et gendarmes, et que « 14 millions » le seraient d’ici le « 26 avril ». Déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police-FO, Linda Kebbab estime que le ministère de l’Intérieur devrait « assumer le fait qu’il n’y a pas de masques » et qu’il y a « vrai problème de stock d’Etat ». Selon elle, les agents devraient néanmoins être invités par leur hiérarchie à en porter « le plus souvent possible », en « voiture de patrouille lorsqu’ils sont trois ou quatre » comme « dans les locaux de police ». Même s’il ne s’agit que de « masques alternatifs » qui pourraient être fournis « par des entreprises s’il le faut ».

« Si on ne protège pas les agents, ça veut dire qu’on ne les respecte pas », dénonce de son côté le délégué général du syndicat Alliance, qui a lancé « un appel aux dons il y a trois semaines ». « Depuis, on en a reçu des régions, du privé aussi, ça arrive d’un peu partout. » Fin mars, le département des Alpes-Maritimes a répondu à cet appel et distribué 20.000 masques aux policiers et gendarmes du département. La société de prêt-à-porter C&A a, quant à elle, remis 12.000 masques à Alliance, qui les a mis à disposition du ministère de l’Intérieur. Les 50.000 qui ont été remis, ce mercredi, par la région Ile-de-France, seront distribués dans les prochains jours aux effectifs parisiens et de la petite couronne.

Des régions « un peu plus efficaces que le ministère »

Il y a peu, la région avait donné 100.000 masques à la Préfecture de police de Paris, mais ceux-ci avaient été finalement remis… à l’agence régionale de santé, à la demande du ministère de l'Intérieur. Cette fois, les syndicats affirment qu’ils seront vigilants et s’assureront que les équipements sont bien remis aux policiers.

Linda Kebbab, qui « fustige l’irresponsabilité du gouvernement sur la question des masques », souligne que « les régions sont un peu plus efficaces que le ministère » pour en doter les forces de l’ordre. Les élus locaux, ajoute-t-elle, « sont conscients qu’un policier contaminé qui ne porte pas de masque, c’est un policier contaminant ». « Ils nous parlent de la population, de leurs administrés. Alors que le ministre nous parle budget, tableaux Excel », regrette la syndicaliste, qui a déjà commencé à solliciter d’autres régions.