Coronavirus : Les bénéficiaires et volontaires des Restos du cœur peuvent-ils toujours s’y rendre ?

ECLAIRAGE Pas facile de s’y retrouver dans le flux d’informations qui tombent sur le nouveau coronavirus. Une question en particulier vous taraude ? Chaque jour, « 20 Minutes » fait en sorte de vous apporter la réponse

Julie Bossart

— 

Un volontaire des Restos du coeur, le 26 mars, à Orléans.
Un volontaire des Restos du coeur, le 26 mars, à Orléans. — Christophe Archambault

Le confinement imposé pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus accroît cruellement les inégalités sociales. A Brest, par exemple, la ville a commencé à distribuer des bons alimentaires aux familles dont les enfants bénéficient de repas gratuits ou à tarifs réduits dans les restaurants scolaires. D’autres familles, elles, ne vivent que grâce aux dons des associations caritatives. Quelques lecteurs nous demandent d’ailleurs s’ils peuvent continuer à bénéficier de ce type d’aide. Nous avons retenu la question suivante :

« J’ai droit aux colis des Restos du cœur… Mais c’est à vingt minutes de bus de chez moi. Est-ce que je peux y aller ? » Landion

Ainsi que celle-ci, qui concerne les personnes souhaitant se rendre utiles :

« Une fois par semaine, je fais du bénévolat pour les Restos du cœur. Quelle case dois-je cocher pour m’y rendre ? » Van Cutsem

Voici les réponses que nous avons trouvées :

Une épine dans le pied en moins. Les personnes qui font appel aux Restos du coeur peuvent continuer à le faire malgré le confinement.

Attestation dérogatoire. Avec la crise sanitaire, l’association est entrée en « mode de fonctionnement d’aide humanitaire d’urgence », précise-t-elle à 20 Minutes. Elle a ainsi recentré son activité sur l’aide alimentaire. Des centres sont ouverts partout en France, leur liste est disponible ici, les distributions dans la rue continuent également.

Pour se rendre dans l’un des centres, les bénéficiaires « doivent se munir de l'attestation dérogatoire de déplacement, la case pour effecteur des achats de première nécessité cochée », est-il confirmé.

Dans le cas où vous êtes bénévole, il vous faut remplir la case déplacements pour l’assistance aux personnes vulnérables. « Une attestation de bénévolat est également délivrée par les responsables de centre ou d’activités des Restos du cœur », nous précise-t-on.

Appel aux volontaires. A noter que les Restos du cœur, mais pas que (le Secours populaire, la Banque alimentaire, Emmaüs, les Petits frères des pauvres…), ont fait savoir mi-mars qu’ils manquaient de bras en raison de la crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19. Les associations fonctionnent avec des bénévoles âgés, qui ont plus de 70 ans dans un tiers, voire la moitié des cas. Ainsi, les Restos du cœur « ont perdu » un tiers, soit 20.000 bénévoles », a indiqué leur président, Patrice Blanc, à l’AFP. Depuis, le gouvernement a lancé une plateforme de réserve civique. L’association a elle aussi lancé sa propre action, SolidaritéCovid19, pour recruter de nouveaux bénévoles.

Mesures de protection. Par ailleurs, toutes les activités ont été réorganisées pour assurer la protection des bénévoles et des personnes aidées : « Des achats de nouveaux produits, matériels, denrées alimentaires ou encore d’hygiène ont été faits pour s’adapter aux nouveaux modes de distribution. » Chaque bénéficiaire et volontaire doit évidemment respecter les gestes barrières.

Bénéficiaires en augmentation. Depuis le début de la crise sanitaire, les Restos du cœur ont élargi les conditions d’accès à leurs aides. Outre les bénéficiaires d’habitude, les différents centres de l’association prennent en effet désormais en charge davantage d’étudiants et de ménages dont la situation financière s’est détériorée. Parce qu’ils ont été mis au chômage partiel, parce que leur budget alimentation a bondi depuis que leurs enfants n’ont plus accès à la cantine scolaire. Ainsi, « les personnes accueillies sont augmentation d’environ 20 % », annonce l’association.

Aides du gouvernement. Lors de son adresse à la nation, lundi soir, le chef de l’Etat a promis une «  aide exceptionnelle pour les fmailles les plus modestes ». Ce mercredi, à l’issue du Conseil des ministres, le chef du gouvernement, Edouard Philippe, a annoncé qu’une « aide d’urgence » de 150 euros par famille bénéficiaire du RSA ou de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS), à laquelle s’ajouteront 100 euros par enfant, sera versée le 15 mai.

Les familles qui ne bénéficient ni du RSA ni de l’ASS, mais qui touchent des aides au logement, percevront de leur côté 100 euros par enfant, a ajouté le Premier ministre, précisant que ces aides d’urgence profiteront au total à « plus de quatre millions de foyers ».

Pour que vous y voyiez plus clair, 20 Minutes s’emploie à répondre à vos interrogations, que vous pouvez nous adresser en suivant la marche à suivre ci-dessous. Des questions qui doivent, nous vous en serons reconnaissants, concerner un autre sujet que celui abordé dans l’article ci-dessus. Et n’oubliez pas de laisser votre e-mail dans votre message. Merci par avance (et prenez soin de vous) !