Coronavirus dans le Tarn : Verbalisée parce qu’elle se poste à la fenêtre de son mari, isolé dans sa maison de retraite

CONFINEMENT Une habitante de Graulhet dans le Tarn a été verbalisée alors qu’elle était postée devant la fenêtre de la maison de retraite de son mari pour tenter de communiquer avec lui

H.M. avec AFP

— 

Une personne âgée. illustration.
Une personne âgée. illustration. — Michel Gile - Sipa

Avec une ardoise, elle avait trouvé une solution, distanciée, pour rompre pendant quelques minutes la solitude de son mari, pensionnaire d’un Ehpad. La Dépêche du Midi relate dans son édition du jour la mésaventure d’une habitante de Graulhet, dans le Tarn, verbalisée pour n’avoir pas respecté le confinement.

Cette dame de 79 ans avait pris l’habitude depuis le début du confinement de se rendre à pied, dûment munie d’une attestation où elle cochait la case « promenade » ou « assistance à personne vulnérable », devant la fenêtre de son mari, isolé dans sa chambre.

La préfecture va finalement éteindre la procédure

Tous les jours à 16 h, grâce à son ardoise, elle passait au nonagénaire, immobilisé dans un fauteuil et incapable d’ouvrir la fenêtre, des petits messages pour remplacer ses visites quotidiennes. Cette tentative de maintenir un lien a pris fin jeudi dernier. Quand les gendarmes ont verbalisé la Graulhétoise et lui ont expliqué qu’elle devait cesser ses visites à distance. « Depuis, ma mère n’ose même plus sortir de chez elle (…). D’avoir été chassée comme ça, même si les gendarmes ont été très corrects, ça l’a bouleversée », témoigne la fille du couple dans les colonnes du quotidien régional.

Ce mardi, après avoir confirmé à l’AFP que le PV était légitime pour non-respect du cordon sanitaire, la préfecture du Tarn a indiqué qu’elle allait finalement « rentrer en contact avec la famille pour éteindre la procédure » dans cette affaire « où il y a peut-être eu un peu d’excès ».