Coronavirus : Dépistage, masques, vacances d’été… Les questions qui restent en suspens après l’allocution d’Emmanuel Macron

CONFINEMENT Si plusieurs annonces ont été faites, lundi soir, par le chef de l'Etat, de nombreuses questions restent pour le moment en suspens 

Manon Aublanc

— 

Emmanuel Macron participe au G20 en visioconférence, le 26 mars 2020 à l'Elysée.
Emmanuel Macron participe au G20 en visioconférence, le 26 mars 2020 à l'Elysée. — ELIOT BLONDET/POOL/SIPA
  • Lundi soir, lors de son allocution télévisée, le président de la République a annoncé la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai, dû à l’épidémie de Covid-19.
  • Le chef de l’Etat a détaillé plusieurs mesures. A cette date, les crèches, les écoles, les collèges et les lycées pourront rouvrir progressivement. En revanche, les restaurants, les hôtels ou les salles de spectacles resteront fermés, a annoncé Emmanuel Macron.
  • Pourtant, après un discours d’une trentaine de minutes, plusieurs questions restent en suspens sur la reprise des cours, les vacances d’été, le port du masque ou le dépistage. « 20 Minutes » fait le point.

Le confinement prolongé de quatre semaines, les écoles rouvertes à partir du 11 mai, les festivals suspendus jusqu’à mi-juillet… Si Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces relatives à la lutte contre le coronavirus, ce lundi soir lors de son allocution télévisée, certains points restent en suspens pour le moment.

Dans plusieurs domaines, le président de la République a ainsi fixé des objectifs généraux, qui restent à décliner par le gouvernement dans les semaines à venir. 20 Minutes fait le point sur les questions qui n’ont pas (ou peu) trouvé de réponses.

Quel sera le montant pour l’aide aux plus démunis ?

Lors de son allocution télévisée, le chef de l’Etat a annoncé le versement d’aides « sans délai » aux familles les plus modestes avec enfants et aux étudiants les plus précaires afin de leur permettre de faire face à leurs besoins essentiels ». Mais le chef de l’Etat n’a pas précisé le montant de ce « coup de pouce ». Les moyens financiers alloués pourraient être annoncés lors du prochain Conseil des ministres, ce mercredi.

Quand le deuxième tour des municipales aura-t-il lieu ?

Aucune mention des élections municipales n’a été faite lors de la prise de parole d’Emmanuel Macron, lundi soir. Initialement prévu le 22 mars, le second tour des élections municipales  a été reporté au mois de juin par la loi d’urgence votée pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Le chef de l’Etat aurait, de son côté, évoqué la possibilité de décaler le scrutin à octobre. Mais aucune décision ne sera prise avant le 23 mai, date à laquelle les experts scientifiques doivent remettre un rapport sur l’état des lieux de l’épidémie.

Un calendrier qu’a rappelé Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, ce mardi au micro de France Inter : « Le 23 mai, nous rendrons et présenterons au Parlement un rapport, et nous déciderons avec lui si nous pouvons ou pas maintenir le second tour des municipales, dont je rappelle qu’il ne concerne qu’un peu moins de 5.000 communes sur les 35.000 communes de France. Le texte de loi prévoit ces élections avant la fin du mois de juin, et en fonction du rapport que nous présenterons, le Parlement pourra décider si elles ont lieu ».

Combien de temps le confinement va-t-il durer pour les seniors et les personnes vulnérables ?

Si le déconfinement pourrait débuter le 11 mai, ça risque d’être un peu plus long pour les « personnes vulnérables », a annoncé Emmanuel Macron. Qui est concerné ? « Les personnes en situation de handicap sévère », « les personnes atteintes de maladies chroniques » et « les personnes âgées ». Combien de temps resteront-elles confinées ? Et à partir de quel âge pour les « seniors » ? Là encore, les réponses à ces questions devront être précisées.

Comment va se dérouler le retour des élèves dans les établissements scolaires ?

Autre information donnée lundi soir : les crèches, les écoles, les collèges et les lycées rouvriront progressivement à partir du 11 mai. « Toutes les écoles ne seront pas ouvertes le lundi 11 mai », a expliqué le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, ce mardi matin, sur Franceinfo, indiquant qu’il préciserait les modalités de retour dans les classes « d’ici deux semaines ». Jean-Michel Blanquer a indiqué qu’il rencontrerait à partir de ce mardi les organisations syndicales pour parler des conditions sanitaires permettant la reprise.

En revanche, du côté de l’enseignement supérieur, « les cours ne reprendront pas physiquement, jusqu’à l’été », a précisé Emmanuel Macron lors de son allocution.

Comment vont se dérouler les dépistages ? Qui est concerné ?

Le 11 mai, la France sera « en capacité de tester toute personne présentant des symptômes », a annoncé le président de la République. Tous les Français vont-ils être dépistés ? Non, selon Emmanuel Macron. « Nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n’aurait aucun sens. Mais toute personne ayant un symptôme doit pouvoir être testée. Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin. »

« 150.000 tests sont réalisés chaque semaine en France et nous allons vers 200.000 », a indiqué Olivier Véran, le ministre de la Santé, ce mardi matin sur RTL. « L’objectif est de tester, tester, tester. » Le ministre s’est également dit favorable à ce qu’il y ait des tests « dans les hôpitaux, les laboratoires – quel que ce soit leur statut », y compris ceux consacrés « à la recherche ». Il veut également « s’appuyer sur les collectivités », « mettre en place des équipes mobiles, des drive-tests, procéder à partir des pharmacies, d’officines volontaires ».

Un masque pour chaque Français : oui, mais comment ?

Emmanuel Macron a également annoncé que, dès le 11 mai, « l’Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public ». « Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourrait devenir systématique », a-t-il ajouté.

« Ces masques grand public sont en cours de fabrication dans plusieurs entreprises françaises depuis plusieurs semaines », a précisé, pour sa part, Olivier Véran, le ministre de la Santé, ce mardi sur RTL. Ces masques n’auront pas « la même efficacité que les masques destinés aux soignants », a concédé le ministre, ajoutant que ces équipements, « lavables et réutilisables », pourraient être disponibles « en mairie ». Sur une éventuelle gratuité de ces masques, Olivier Véran a indiqué « ne pas avoir la réponse ». « J’imagine que les masques seront donnés », a-t-il cependant ajouté.

Les Français pourront-ils partir en vacances cet été ?

Sur Emmanuel Macron n’a pas évoqué les vacances d’été lors de son allocution, c’est pourtant l’une des questions qui inquiète le plus les Français. Interrogé ce mardi sur France Inter, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a indiqué qu’il n’avait « pas de réponse précise ». « Moi, je conseillerais à ma famille de ne pas se précipiter sur des réservations surtout dans des pays étrangers », a-t-il cependant ajouté.

« Des vacances normales ? Non, je ne crois pas », a répondu Olivier Véran, interrogé ce mardi sur RTL. « L’espace Shengen reste ouvert, avec nos voisins européens, mais en dehors, les frontières resteront fermées plus longtemps », a-t-il déclaré, sans plus de précisions. Cet été, « on restera encore dans une situation de fragilité », a-t-il déclaré, ajoutant « Ca aura des conséquences sur les vacances d’été des Français, mais je crois qu’ils le savent déjà ».