Coronavirus : Réouvertures, tests, masques, aides... Ce qui va changer le 11 mai

EPIDEMIE Ce lundi, le président de la République a annoncé, lors d’une allocution télévisée, la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai, dû à l’épidémie de Covid-19

Floréal Hernandez

— 

Coronavirus: Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron — 20 Minutes
  • En annonçant une prolongation du confinement jusqu’au 11 mai, le chef de l’Etat a assuré « mesurer l’effort que l’on demande » aux Français.
  • A cette date, « le début d’une nouvelle étape », les crèches, les écoles, les collèges et les lycées pourront rouvrir progressivement. Par contre, les restaurants, les hôtels ou les salles de spectacles resteront fermés, a annoncé Emmanuel Macron.
  • Le 11 mai marquera aussi le moment où « nous serons en capacité de tester toute personne ayant des symptômes » et où « l’Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public ».

Emmanuel Macron s’est une nouvelle fois exprimé face aux Français et aux Françaises, ce lundi soir. Du discours du président de la République, il est ressorti une date : le 11 mai. Le chef de l’Etat a annoncé « un confinement le plus strict jusqu’au 11 mai. Je mesure l’effort que l’on vous demande. »

Dans cette allocution, Emmanuel Macron a reconnu que la France n’était « à l’évidence pas assez préparée » à la crise du coronavirus. « Il y a eu des insuffisances comme dans tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, de gants, de gel hydroalcoolique, nous n’avons pas pu distribuer autant de masques que nous l’aurions voulu. […] J’ai vu des ratés, il y a eu trop de lenteurs, de faiblesses dans notre logistique. Nous en tirerons les conséquences. »

Avant celles-ci, il y aura «le 11 mai, le début d'une nouvelle étape ». Voici ce qui va changer à cette date.

Ce qui rouvre

Le lundi 11 mai, Emmanuel Macron a annoncé « une réouverture progressive des crèches, écoles, collèges, lycées ». « Trop d’enfants notamment dans les quartiers populaires, dans nos campagnes sont privés d'école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents, c’est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes », a expliqué le chef de l’Etat, en faisant valoir que « le gouvernement aura à aménager des règles particulières, organiser différemment le temps et l’espace, bien protéger nos enseignants et nos enfants avec le matériel nécessaire ».

Par contre, pour l’enseignement supérieur, il n’y aura « pas de cours physique jusqu’à l’été ». Des précisions doivent être apportées sur les examens et les concours.

Ce qui reste fermé

Outre les établissements de l’enseignement supérieur, les restaurants, cafés, hôtels, salles de spectacles « resteront fermés », a déclaré le chef de l’Etat. En ce qui concerne les festivals, il n’y en aura pas « avant mi-juillet ». Les frontières de la France avec les pays non-européens « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre ».

Le président de la République a promis « une évaluation chaque semaine dès la mi-mai ». De fait, des réouvertures au fur et à mesure pourront être annoncées.

Des tests et des masques

Le 11 mai marquera aussi un tournant car « nous serons en capacité de tester toute personne ayant des symptômes » du Covid-19, a affirmé le président de la République, et « en lien avec les maires, l’Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public ». Avant d’ajouter : « Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourrait devenir systématique. »

Des aides promises

L’épidémie de Covid-19 a aggravé la précarité de Français et de Françaises. Emmanuel Macron a promis le versement « sans délai d’une aide exceptionnelle aux familles les plus modestes avec enfants pour leur permettre de faire face à leurs besoins essentiels ». Il a poursuivi : «Les étudiants les plus précaires​ vivant parfois loin de leur famille, en particulier lorsque celles-ci viennent d’outre-mer seront aussi aidés »

Si le chef de l’Etat a appelé à une « refondation » européenne, il estime également : « Nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique à lutter contre le virus plus efficacement, les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette. »

« Nous retrouverons les jours heureux »

A la fin de son allocution, le président de la République a reconnu « en toute franchise » ne pas pouvoir dire « quand nous pourrons renouer avec la vie d’avant ». Mais il a assuré : « Nous aurons des jours meilleurs. Et nous retrouverons les jours heureux, j’en ai la conviction. ». Et il a incité les Français à se « réinventer, moi le premier ».