Coronavirus : Le pape met en garde contre le risque de violences domestiques pendant le confinement

VATICAN Le pape François a prononcé sa traditionnelle prière de l’Angélus ce lundi de Pâques

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François dans la basilique Saint Pierre, au Vatican, le 12 avril 2020, pour la messe du dimanche de Pâques.
Le pape François dans la basilique Saint Pierre, au Vatican, le 12 avril 2020, pour la messe du dimanche de Pâques. — Andreas Solaro/AP/SIPA

Le pape François a mis en garde ce lundi contre le risque accru de violences domestiques encouru par les femmes, enfermées à la maison en raison des mesures de confinement contre le coronavirus. Alors que de nombreux catholiques célèbrent Pâques dans le monde entier, le pape a évoqué ce sujet à l’issue de sa traditionnelle prière de l’Angélus.

« Aujourd’hui je voudrais rappeler avec vous tout ce que font beaucoup de femmes, y compris en cette période de crise sanitaire, pour prendre soin des autres : les femmes médecins, les infirmières, les agentes des forces de l’ordre et pénitentiaires, les employées des magasins de première nécessité, et tant de mères et sœurs qui se retrouvent enfermées avec toute leur famille, avec les enfants, les personnes âgées ou handicapées », a-t-il déclaré. « Parfois elles courent le risque de subir des violences, à cause d’une cohabitation dont elles supportent un trop grand poids. Prions pour elles », a-t-il ajouté.

Un plan du gouvernement italien

Le gouvernement italien a débloqué une trentaine de millions d’euros pour la prévention des violences contre les femmes, « que les interdictions de déplacement exposent à un risque très élevé », a annoncé mercredi la ministre de l’Egalité hommes-femmes et de la Famille Elena Bonetti.

Elle a également annoncé une campagne de communication institutionnelle pour encourager les femmes victimes de violences à appeler le numéro vert dédié, ainsi que « le renforcement des fonctionnalités de l’app YouPol, qui peut être utilisée pour des signalements automatiquement géolocalisés d’actes de violences domestiques » aux forces de police.