Coronavirus : Avec son masque transparent, elle veut faciliter la vie des sourds et malentendants

INVENTION Une jeune Toulousaine, victime de surdité, a lancé un financement participatif pour développer un « masque inclusif » qui permettra la lecture sur les lèvres

Nicolas Stival

— 

Ce masque permet aux sourds et malentendants de lire sur les lèvres de celui qui le porte.
Ce masque permet aux sourds et malentendants de lire sur les lèvres de celui qui le porte. — Masque inclusif
  • Anissa, Toulousaine de 30 ans atteinte de surdité, a imaginé un « masque inclusif » avec une bande transparente pour pouvoir lire sur les lèvres.
  • La jeune femme a lancé un financement participatif pour pouvoir développer sa création.

Cette idée, la Toulousaine de 30 ans l’a en tête « depuis deux ou trois semaines », alors que sévit l’épidémie de coronavirus. Anissa veut développer un « masque inclusif », avec une partie transparente pour pouvoir voir la bouche de celle ou celui qui le porte. Et ainsi, permettre la lecture labiale pour les sourds et malentendants.

« Je souffre d’une surdité moyenne bilatérale, après avoir souffert d’otites à répétition quand j’étais petite, explique la jeune femme. Je suis appareillée depuis l’âge de six ans. Quand une personne se trouve assez loin de moi, ce n’est pas évident, il faut que je tende vraiment l’oreille. Mon regard se pose sur ses lèvres. »

Le déclic à la pharmacie

Une visite à la pharmacie au début du mois a fini de la convaincre de la pertinence de son initiative. Difficile pour elle de dialoguer avec les employés masqués de manière classique tout en respectant les distances de sécurité, malgré le bon vouloir des uns et des autres. « J’ai été un peu sonnée par cette expérience. Et comme je pense que les masques vont faire partie de notre vie pendant longtemps… »

Créatrice de maroquinerie à son compte, Anissa a déjà fabriqué un modèle. « Cela existe aux Etats-Unis. Je me suis inspirée du site de l'Afnor [l’organisation officielle en charge des normes en France]. J’ai utilisé du coton et de l’acétate pour la partie transparente. »

« C’est un prototype à travailler, précise cette habitante du quartier Purpan. Je voudrais qu’il soit aux normes, faire appel à une entreprise de fabrication de masques et ensuite lancer la production. »

La Toulousaine a opté pour le financement participatif afin de l’aider dans son entreprise, sur le site GoFundMe. Son initiative ne s’adresse pas seulement aux sourds et malentendants mais à toute la population, puisque son « masque inclusif » « permet de voir un sourire, une expression de visage rassurante et bienveillante ». Pas du luxe en temps normal, et encore moins aujourd’hui.