Du matériel utilisé dans le cadre des prélèvements et greffes d'organes.
Du matériel utilisé dans le cadre des prélèvements et greffes d'organes. — Agence de la biomédecine

ECLAIRAGE

Coronavirus : En cas de décès du Covid-19, les organes peuvent-ils être prélevés ?

Julie Bossart

Pas facile de s’y retrouver dans le flux d’informations qui tombent sur le nouveau coronavirus. Une question en particulier vous taraude ? Chaque jour, « 20 Minutes » fait en sorte de vous apporter la réponse

Malgré l’épidémie de nouveau coronavirus et le confinement qui en résulte, il est toujours possible, nécessaire, même, de donner son sang. En ce qui concerne l’activité de prélèvement et de greffe d’organes, l’Agence de la biomédecine recommande de « repousser la date des opérations, si le risque du receveur à être infecté dépasse le bénéfice de la transplantation ». Un lecteur de 20 Minutes demande cependant ce qu’il en est des prélèvements effectués sur des personnes décédées du Covid-19 :

« Si je meurs du coronavirus, mes organes pourront-ils être quand même donnés ? » Fred

Voici les réponses que nous avons trouvées :

Il y a deux sortes de dons : celui des donneurs vivants et de donneurs décédés, rappelle auprès de 20 Minutes le Pr Olivier Bastien, directeur de l’activité de prélèvement et de greffes d’organes et de tissus en France à l’Agence de la Biomédecine. « Pour les premiers, les greffes sont officiellement suspendues, qu’ils soient contaminés au Covid-19 ou non, insiste-t-il. Mais les bilans peuvent continuer avec l’équipe médicale, en prenant soin bien sûr de se protéger, pour faire ce don lorsque la crise sera terminée. »

Pour ce qui est des seconds, « les donneurs décédés, positifs au Covid-19, le Haut conseil de la santé publique n’a pas interdit les prélèvements de leurs organes vitaux, plus précisément le cœur et le foie. C’est dans tous les cas à l’équipe médicale de décider. Pour le poumon, il a été considéré que le risque n’était pas acceptable et qu’il ne fallait pas procéder au prélèvement d’organe sur une personne infectée. »

Toutefois, « jusqu’à présent, la situation ne s’est pas réellement présentée, indique le Pr Olivier Bastien. Et cela parce que les donneurs sont systématiquement testés [au Covid-19]. De plus, dans toutes les situations d’urgence, on a toujours trouvé un donneur négatif [au Covid-19]. » Par ailleurs, « tous les greffés qui ont été infectés par le nouveau coronavirus étaient des greffés anciens, c’est-à-dire qu’ils ont développé l’infection en dehors de la greffe », souligne l’expert.

Pour rappel, jusqu’à présent, aucune étude n’a permis de démontrer que le Covid-19 se transmettait par le sang. Toute personne souhaitant donner son sang doit continuer à le faire, a déclaré l’EFS.

Pour que vous y voyiez plus clair, 20 Minutes s’emploie à répondre à vos interrogations, que vous pouvez nous adresser en suivant la marche à suivre ci-dessous. Et n’oubliez pas de laisser votre e-mail. Merci par avance (et prenez soin de vous) !

Sept questions que l’on n’ose pas poser sur le don d’organes