Coronavirus : La désinfection des rues serait inutile et nocive pour l’environnement

EPIDEMIE Le 4 avril, le Haut conseil de la santé publique a rendu un avis négatif sur le sujet

20 Minutes avec AFP

— 

Désinfection des rues à Cannes.
Désinfection des rues à Cannes. — Frederic DIDES/SIPA

Les autorités se prononcent contre la désinfection des rues en France contre l'épidémie de Covid-19. Les ministres de la Transition écologique, Elisabeth Borne, et de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, ont indiqué ce jeudi « prendre acte » de l’avis du Haut Conseil de la santé publique sur le sujet.

Le HCSP a rendu son avis le 4 avril, concluant à « l’absence d’argument scientifique de l’efficacité d’une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2 ». En conséquence, tout en « notant son impact psychologique sur la population, il recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie », mais de « continuer d’assurer le nettoyage habituel », évidemment « avec les équipements de protection habituels des professionnels ».

Un nettoyage plus fréquent des rues

Par contre, il recommande « d’assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain » et de s’abstenir d’utiliser des équipements pouvant soulever les poussières au sol, type souffleurs de feuilles.

D’autant que cette pratique pourrait être plus toxique que bénéfique. Dans un communiqué, les ministres soulignent par ailleurs que « l’usage massif de produits de désinfection en plein air peut conduire à des effets, directs ou indirects, sur la santé et l’environnement, » notamment en raison du ruissellement. Plusieurs collectivités, Bordeaux ou Nice notamment, avaient un temps envisagé de telles mesures.