Coronavirus : Quelles démarches effectuer pour travailler chez un agriculteur ?

ECLAIRAGE Pas facile de s’y retrouver dans le flux d’informations qui tombent sur le nouveau coronavirus. Une question en particulier vous taraude ? Chaque jour, « 20 Minutes » fait en sorte de vous apporter la réponse

Julie Bossart

— 

C'est la période du plantage des oignons chez ce maraîcher bio de Belle-Ile-en-Mer, dans le Morbihan (illustration).
C'est la période du plantage des oignons chez ce maraîcher bio de Belle-Ile-en-Mer, dans le Morbihan (illustration). — Philippe Dannic/SIPA
  • Depuis l’appel du ministre de l’Agriculture, des lecteurs se demandent comment faire, concrètement, pour apporter leur aide dans les champs.
  • A ce jour, deux plateformes ont été lancées afin de faciliter les recrutements.
  • Un salarié peut cumuler son indemnité d’activité partielle avec le salaire de son contrat de travail dans la filière agroalimentaire

« On ne s’attendait pas à avoir autant d’appels pour nous aider », a témoigné auprès de 20 Minutes une dirigeante d'exploitation maraîchère. Depuis l’appel aux Français du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, pour compenser le manque de travailleurs saisonniers dans l’agriculture, des milliers de personnes placées en chômage partiel ou en inactivité en raison du Covid-19 ont décidé d’aller travailler dans les champs. Des lecteurs se demandent comment faire, concrètement, pour apporter leur aide :

« Je souhaite travailler pour un agriculteur. Quelles démarches dois-je effectuer exactement ? » Sab

« Je suis en CDI, mais au chômage partiel à cause du Covid-19. J’aimerais travailler avec les agriculteurs. Pouvez-vous me donner quelques renseignements pour les joindre et savoir comment je peux faire pour les aider ? » Guiny

Voici les réponses que 20 Minutes a trouvées :

Du gagnant-gagnant. Pour inciter les salariés et indépendants inoccupés à prêter main-forte à la filière agricole en manque de bras, des dispositions législatives et réglementaires ont été prises (en application de la loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19), est-il rappelé sur le site du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, entre autres. Ainsi,

  • un salarié peut cumuler son indemnité d’activité partielle avec le salaire de son contrat de travail dans la filière agroalimentaire, sous réserve que son employeur initial lui donne son accord pour respecter un délai de prévenance de sept jours avant la reprise du travail ;
  • l’employeur de la filière agroalimentaire qui embauche le salarié en activité partielle doit libérer ce dernier de ses obligations sous réserve du même délai de sept jours ;
  • les bénéficiaires du fonds de solidarité pour les très petites entreprises, indépendants, micro-entrepreneurs et professions libérales peuvent cumuler le versement par le fonds avec des contrats courts dans les entreprises agricoles et agroalimentaires.

Deux plateformes d'accès. A ce jour, deux plateformes ont été lancées afin de faciliter les recrutements. La plateforme du Ministère du travail et de Pôle emploi, Mobilisation exceptionnelle pour l’emploi #tousmobilisés, que l’on trouve ici, et celle mise en place par la profession agricole, desbraspourtonassiette, à découvrir par . Les deux regroupent et détaillent les offres et besoins du secteur en temps réel.

Sur la première, vous êtes recruteur, un espace vous permet de déposer votre offre ; vous êtes volontaire, bénévole, un espace vous permet de consulter les offres. Vous pouvez affiner votre recherche en fonction de votre localisation, du type de contrat et du temps de travail dont vous disposez.

Une fois l’offre qui vous intéresse sélectionnée, vous pouvez obtenir le contact du professionnel qui a déposé l’offre via l’onglet « postuler ». S’affichent alors ses coordonnées. Vous n’avez plus qu’à entrer en contact avec lui (ou elle).

Sur la seconde, si vous voulez proposer vos services, il suffit de créer un compte, en renseignant vos nom, prénom, e-mail, mot de passe. Vous devez ensuite indiquer vos compétences (mais certains emplois n’en nécessitent pas) et vos disponibilités. Si un agriculteur est intéressé, il entrera directement en contact avec vous.

Documents nécessaires. Dans sa rubrique organisation du travail, la MSA, le site de la Sécurité sociale agricole, précise que « les embauches pour les saisonniers doivent être réalisées à l’aide des supports déclaratifs actuels (DSN, Tesa + ou Tesa simplifié) ». Des documents que le volontaire doit avoir à sa disposition, dûment remplis. Ce dernier doit aussi avoir en sa possession « tout justificatif adéquat de sortie » lorsqu’il se rend sur son nouveau lieu de travail, insiste le site des chambres d'agriculture, en l’occurrence l’attestation de déplacement professionnel, téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur. A ce propos, s’il n’est pas interdit de faire appel à des travailleurs venant d’autres régions, il convient « de privilégier les recrutements locaux pour réduire les risques liés à l’utilisation des transports ainsi que les besoins d’hébergement induits par ces déplacements ». Ces derniers restent de la responsabilité de l’employeur, est-il ajouté.

Gestes barrières. Une fois sur place, les employeurs comme les salariés doivent suivre les règles qui s’imposent pour la sécurité sanitaire de tous, à découvrir sur cette fiche récapitulative.
 

Pour que vous y voyiez plus clair, 20 Minutes s’emploie à répondre à vos interrogations, que vous pouvez nous adresser en suivant la marche à suivre ci-dessous. Et n’oubliez pas de laisser votre e-mail. Merci par avance (et prenez soin de vous) !