Vendée : Installée il y a six mois, la ZAD de Brétignolles-sur-Mer démantelée

PROJET DE PORT Une opération de gendarmerie a eu lieu, mercredi à Brétignolles-sur-mer, avant l’intervention des services de la ville

Julie Urbach

— 

La "ZAD de la Dune" à Brétignolles-sur-mer (Vendée)
La "ZAD de la Dune" à Brétignolles-sur-mer (Vendée) — S. Salom Gomis/ AFP
  • Mercredi, la mairie a fermé des bâtiments et rouvert certains axes, obstrués par des chicanes.
  • « Dès la fin du confinement, nous appelons à une réoccupation festive de la ZAD de la Dune », ont réagi les opposants au projet controversé de port de plaisance.

Les services techniques de la ville sont toujours sur place pour éviter toute nouvelle occupation, ce jeudi matin. Mercredi, la ZAD de Brétignolles-sur-mer, en Vendée, a été démantelée, à la suite de l’interpellation par la gendarmerie de la quinzaine d’individus qui se trouvaient sur place. « Un nouvel incident a eu lieu dans la matinée, après une escalade de faits de violences que nous observons ces derniers temps, indique-t-on à la mairie. Nous avons profité que les lieux soient vides, comme l’a constaté un huissier, pour en reprendre possession. Il n’était pas prévu de mener cette opération, qui n’est pas une expulsion à proprement parler. »

Ces derniers jours, après avoir occupé terrains et bâtiments, des chicanes et des barricades avaient été installés par les zadistes dans le secteur de la Normandelière, contraignant la municipalité de fermer certaines voies à la circulation. « Ces axes ont été rouverts et les bâtiments qui étaient occupés ont été fermés », indique-t-on à la mairie. Selon la municipalité, il s’agissait du principal point d’occupation encore existant.

Une « réoccupation festive »

Depuis six mois, ceux qui se font appeler « les gardiens de la Dune » avaient créé une ZAD pour protester contre un projet de port de plaisance à Brétignolles-sur-mer. « Dès la fin du confinement, nous appelons à une réoccupation festive de la ZAD de la Dune », ont d’ailleurs indiqué les opposants dans un communiqué, alors que le chantier était depuis gelé.

Le futur port, qui doit s’installer sur des terres agricoles et une zone humide, nécessitera de couper la dune, creuser un chenal et installer un pont levant qui relira les deux rives. Le projet est estimé à 43 millions d’euros et engendrera la création d’une centaine d’emplois, selon les calculs de la communauté de commune du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Il devait être livré en 2023.