Coronavirus dans l’Est : Christophe Castaner dément toute guerre des masques avec la Bourgogne-France-Comté

SANTÉ Devant les sénateurs, le ministre de l’Intérieur a contesté le terme de « réquisition » concernant plusieurs millions de masques, réclamés dimanche par la région Bourgogne-Franche-Comté et saisis par les services de l’État

C.Mo. avec AFP

— 

Plus de 7 millions de masques ont été livrés de Chine le 30 mars à l'aéroport de Vatry, dans le Grand Est.
Plus de 7 millions de masques ont été livrés de Chine le 30 mars à l'aéroport de Vatry, dans le Grand Est. — THOMAS PAUDELEUX / ECPAD / AFP

« Je voudrais réaffirmer le fait qu’évidemment, il n’est pas question qu’il y ait des guerres des masques entre les collectivités locales et l’État. Nous devons tout faire pour travailler main dans la main », a déclaré Christophe Castaner, ce mercredi au Sénat.

Il répondait à une question du sénateur (PS) de Saône-et-Loire, Jérôme Durain, qui a évoqué « plusieurs cas [de] réquisitions » de masques et plus particulièrement une « réquisition par l’armée », selon lui, dans la région Grand-Est. Une livraison dimanche de plusieurs millions de masques venus de Chine, à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, a créé la polémique. La région Bourgogne-Franche-Comté, qui devait recevoir du matériel, avait accusé l’État d’avoir « réquisitionné » l’ensemble des masques.

« Les commandes n’ont pas été au rendez-vous »

« Dans le cas particulier que vous évoquez, il n’y a pas eu de réquisition ni par l’armée, ni par qui que ce soit. Il y a eu des commandes, des commandes légitimes, fortes, portées par des collectivités locales et par l’État, et en particulier par l’ARS de la région du Grand-Est », a répondu le ministre de l’Intérieur.

L’ARS Grand-Est « attendait de cet importateur six millions de masques mais les livraisons n’ont pas été au rendez-vous comme elles étaient initialement prévues », selon Christophe Castaner.

Fournir en priorité « les soignants du Grand-Est »

« Il y a eu une première livraison de deux millions de masques pour l’ARS (…) L’importateur devait livrer quatre millions de masques dimanche dans un avion spécialement affrété à l’ARS Grand-Est. Mais l’importateur avait aussi pris des commandes de deux collectivités locales : la région Bourgogne-Franche-Comté et le département des Bouches-du-Rhône », a-t-il poursuivi.

« Au moment de la livraison, il n’y avait que 3,4 millions de masques disponibles et qui ont été données en priorité pour les personnels soignants du Grand-Est », a justifié Christophe Castaner. « Chacune et chacun sait qu’il ne s’agit pas de concurrence dès lors qu’il s’agit de fournir en priorité les personnels soignants du Grand-Est », a ajouté le ministre.