Coronavirus en Bretagne : La menace d’un long confinement fait trembler les crêperies

EPIDEMIE Ces petites structures souvent familiales sont fragilisées par les mesures sanitaires

Camille Allain

— 

Illustration d'une galette dans une cuisine de Rennes.
Illustration d'une galette dans une cuisine de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Fermées en raison du confinement, les crêperies bretonnes craignent pour leur santé financière.
  • La structure de ces entreprises, souvent petites et gérées par un couple, fragilise les propriétaires.
  • La menace d’une saison touristique médiocre fait craindre « de nombreuses défaillances » cette année.

Les biligs sont froides, le caramel au beurre salé remisé dans les réserves. En Bretagne comme partout en France, la restauration est à l’arrêt. Le secteur de la crêperie qui fait la renommée de la région n’échappe pas aux règles strictes du confinement. Dans le milieu, on s’inquiète plus qu’ailleurs d’un prolongement des mesures nécessaires à la lutte contre la propagation du coronavirus. Explications.

« J’étais en plein service quand le téléphone a sonné. Les clients voulaient annuler leur réservation pour le lendemain. Je ne comprenais pas de quoi ils parlaient, j’étais perdu ». David Elard se souviendra longtemps de sa soirée du samedi 14 mars 2020. Le patron de la crêperie Ty-Glaz, installée à Châteaulin (Finistère) a dû fermer son établissement comme tout le monde, un samedi soir de mars. « J’étais complet le lendemain. On a tout annulé », résume le restaurateur. Celui qui a repris l’affaire il y a deux ans ne cache pas son inquiétude. En quelques semaines, il a dilapidé la trésorerie pour payer ses quatre salariés et ses fournisseurs. Mais ensuite ? « Je perds 7.000 euros par semaine. Combien de temps on va tenir comme ça ? ». Il a sollicité un prêt auprès de la BPI et reçoit 1.500 euros par mois proposés dans le cadre du Fonds de solidarité des entrepreneurs.

« Il y aura sans doute beaucoup de défaillances »

Si David Elard s’inquiète autant, c’est qu’il se sait tributaire du tourisme. Comme de nombreuses crêperies, son établissement turbine d’avril à septembre, avant de vivre au ralenti le reste de l’année. « Il y aura sans doute beaucoup de défaillances l’an prochain pour ceux qui n’auront pas réussi à refaire leur trésorerie », estime Gilles Stéphant.

Propriétaire d’une adresse à Plomeur, dans le Finistère, le président de la Fédération régionale de la crêperie se fait le porte-voix de toute une profession. « Beaucoup sont inquiets. On n’arrive pas à mettre nos salariés en chômage partiel car les services sont débordés. Nous sommes sous pression. Je crains même que certains ne sombrent dans la dépression ».

« Pas de psychose »

Mais au fond, en quoi les crêperies sont-elles différentes des autres restaurants ? « C’est la composante de ces entreprises qui les fragilisent. Ce sont beaucoup de petites structures, souvent gérées par le mari et la femme. C’est souvent la seule source de revenus », poursuit Gilles Stéphant. Comme d’autres, les restaurateurs ont sollicité des reports de charges pour limiter la casse, « mais il faudra bien payer un jour ». Et pour ça, tous les crêpiers et crêpières attendent de rallumer leurs biligs. « On sait déjà que nous serons les derniers à rouvrir », estime David Elard. Depuis le 14 mars, les 58 chaises de son restaurant situé sur la route de la Pointe-du-Raz restent vides. « On ne sait pas comment les gens réagiront à la fin du confinement. On croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de psychose.

Un peu plus à l’ouest, le quotidien de Stéphane Pichon n’est pas plus heureux. Elu meilleur crêpier du monde en janvier, le cuisinier avait entrepris de racheter la crêperie Armen, située à Plogoff, à deux pas de la célèbre pointe du Raz. Il espérait surfer sur son titre pour remplir les 150 places assises de son établissement. « Je devais ouvrir mi avril mais l’acte définitif n’a pas été signé. Je pense que nous allons le faire bientôt. Je m’attendais à faire une super année. C’est sûr que ce n’est pas l’ouverture rêvée », reconnaît le champion breton. Comme les autres, il patiente, il bricole et s’occupe, en attendant des jours meilleurs. Des jours qui sentiront à nouveau bon le blé noir grillé et le cidre fermier.