Coronavirus en Pays-de-la-Loire : L’ARS annonce des signes de ralentissement de l’épidémie

BONNE NOUVELLE Il est toutefois « trop tôt pour relâcher les efforts », insiste l'agence régionale de santé des Pays de la Loire

Frédéric Brenon

— 

Des policiers contrôlent l'attestation de déplacement d'une cycliste, à Nantes.
Des policiers contrôlent l'attestation de déplacement d'une cycliste, à Nantes. — S.Salom-Gomis/Sipa
  • Le nombre de cas confirmés de Covid-19 continue de progresser, de même que le nombre de décès.
  • La progression des chiffres est toutefois moindre que les semaines précédentes, observe l'ARS des Pays-de-la-Loire. 
  • Le volume de nouvelles hospitalisations se stabilise.

Certes, le nombre de cas confirmés de Covid-19 continue de progresser (de 1412 à 1494 en 24 heures), de même que le nombre de décès (de 134 à 144 en 24 heures). Mais l’agence régionale de santé (ARS) des Pays-de-la-Loire annonce tout de même ce mardi des « signes encourageants » concernant la propagation du virus.

« Nous apercevons les effets du confinement, avance Jean-Jacques Coiplet, directeur de l’ARS des Pays-de-la-Loire. Quand on regarde la courbe épidémique dans le temps, on voit que celle-ci s’aplatit. On n’est plus dans les progressions que nous avions connu fin mars. Mais il est trop tôt pour réduire les efforts. »

Si la Loire-Atlantique est le département le plus touché en nombre de cas, c’est en Mayenne (52 cas pour 100.000 habitants) et en Sarthe (70 cas pour 100.000 habitants) que les incidences sont les plus fortes.

Stabilité dans les hospitalisations

« On est toujours en phase de croissance au regard du nombre de cas mais cette croissance est en train de se casser, confirme le docteur Pierre Blaise, directeur du projet régional de santé des Pays-de-la-Loire. Cela signifie que la transmission diminue grâce au confinement. C’est la même chose concernant les hospitalisations en réanimation. Fin mars, on tournait à 20 nouvelles par jour. Là on est plutôt à huit ou dix par jour et c’est assez stable. La crainte de voir nos capacités dépassées s’estompe un peu plus. Le nombre de consultations aux Urgences ou à SOS Médecins diminue également. »

La vague épidémique serait-elle alors passée en Pays-de-la-Loire ? « Non, répond l’ARS. On est probablement dans la vague et celle-ci est aplatie. Mais rien ne permet de dire qu’il n’y aura pas de rebond. Le respect du confinement reste essentiel. »

Globalement, 700 personnes sont actuellement hospitalisées dans la région pour cause de Covid-19 dont 176 en réanimation.

Par ailleurs, la vigilance reste forte concernant les établissements médico-sociaux, notamment les Ephad. Près de 300 sont concernés par au moins un cas de Covid-19. Et au moins 38 résidents en sont décédés.