Coronavirus dans le Doubs : les enfants d’une école remercient en chanson « ceux qui se mettent en danger pour nous »

FRAÎCHEUR La « Chanson du corona » des élèves de l’école de Roches-lès-Blamont, dans le Doubs, dédramatise avec humour la période de confinement

Charles Montmasson

— 

Les dessins des enfants de l'école de Roches-lès-Blamont, dans le Doubs. Lancer le diaporama
Les dessins des enfants de l'école de Roches-lès-Blamont, dans le Doubs. — Antoine Boguet
  • Le directeur de l’école de Roches-lès-Blamont, Antoine Boguet, a demandé aux enfants de son établissement de s’enregistrer pour créer un clip ensemble.
  • La chanson remercie « tous ceux qui viennent nous soigner » et « tous ceux qui se mettent en danger ».
  • Les enfants ont aussi envoyé 350 dessins qui illustrent le clip.

Les enfants de l’école de Roches-lès-Blamont, dans le Doubs, peuvent être fiers :  leur Chanson du corona dépassait déjà les 7.000 vues ce mardi sur YouTube, après seulement trois jours. « On ne remercie pas beaucoup les personnes qui se mettent en danger pour nous en continuant d’exercer les travaux essentiels comme les caissiers, les éboueurs, déplore Antoine Boguet, le directeur de l’école, à l’origine du projet. On parle beaucoup, c’est normal, des infirmières et des docteurs, mais il ne faut pas oublier ces gens-là. »

Enregistrée avec des smartphones

Depuis une dizaine d’années, Antoine Boguet crée avec son père, le musicien Mégot, de Besançon, des chansons pour l’éducation musicale de ses élèves. Cette fois-ci, il avait en plus son message à faire passer. « J’ai envoyé la chanson aux 94 enfants de mon école, du CP au CM2, et je leur ai demandé d’illustrer pour faire un clip, et de chanter les refrains, de s’enregistrer avec un smartphone depuis chez eux, raconte le directeur d’école. C’est un moyen de souder un peu les gamins : on est à la maison, mais on continue de chanter de se bouger. »

L’initiative a dépassé le cadre de sa propre école. « En une semaine, j’avais des messages de l’autre bout de la Franche-Comté d’instituteurs qui me disaient : “Ah moi aussi, je voudrais participer, j’ai un dessin pour toi “Je me suis retrouvé avec 350 dessins », raconte le directeur.

Un clin d’œil du chanteur Aldebert

« On va s’en sortir sans sortir », « L’école et mes copines me manquent », « Vive les caissières », et des « Merci » par dizaines ont été mis en dessin par les enfants, qui donnent aussi de la voix dans le clip. « On a voulu garder tout le monde. Ceux qui chantaient bien, on les a mis en refrain, et les autres sont à la fin, » confie Antoine Boguet. Lui a photographié et monté les dessins pour faire le clip, son père s’est occupé du mixage.

Résultat : un clip désarmant de fraîcheur, qui vous laissera en tête, pour un bout de temps ce refrain encourageant : « Corona, on ne veut pas de toi et on fait tout ce qu’il faut pour ça ! » Avec, en clin d’œil, une apparition du chanteur Aldebert, bien connu des enfants de la région. « Il a été très gentil d’accepter, sa présence dédramatise un peu, avec un côté humoristique. Le but, c’est que les enfants aient le moral », explique Antoine Boguet.

Une version instru à disposition des instits

Sur son blog, le directeur d’école propose la version instrumentale et les paroles de sa chanson. « C’est libre de droits pour les autres instituteurs, s’ils veulent faire la chanson avec leurs enfants confinés », suggère Antoine Boguet. Ça va chanter dans les maisons…