Coronavirus à Toulouse : Une cagnotte pour les prostitué(e)s privé(e)s d’activité par le confinement

SOLIDARITE A Toulouse, une association de santé communautaire a ouvert une cagnotte pour les travailleuses et travailleurs du sexe privé(e)s de moyens de subsistance par le confinement

H.M.

— 

Une prostituée dans une rue de Toulouse. Archives.
Une prostituée dans une rue de Toulouse. Archives. — A. Gelebart - 20 Minutes

Trente euros en liquide et un sac plastique avec des produits de première nécessité tendus prudemment à travers une fenêtre. Chaque mardi depuis le début du confinement, l’association Grisélidis de Toulouse tient une permanence pour venir en aide aux travailleuses et travailleurs du sexe durement touchés par le confinement.

«Nous concentrons nos efforts sur une soixantaine de personnes dont nous savons qu’elles ne bénéficient pas de minima sociaux et n’ont donc aucune aide», explique June Charlot, médiateur santé dans cette association communautaire. Les «bénéficiaires» du mardi sont essentiellement des femmes, en majorité Bulgares, parfois Nigérianes. Elles maîtrisent souvent mal le français, n’ont par conséquent qu’un accès réduit aux informations sanitaires et sont privées depuis plusieurs semaines de tout moyen de subsistance.

En temps normal, Grisélidis dispose d’un fonds de roulement «d’environ 200 euros» par semaine. La crise du coronavirus fait largement exploser le budget. D’où la création en ligne d’une cagnotte solidaire en ligne.

«Elle ne permettra pas d’aider à payer les loyers en ce début du mois d’avril» mais l’espoir de Grisélidis est que la solidarité permette aux prostitué(e)s de la Ville rose de «manger» et de passer le cap.