Coronavirus : Olivier Véran promet « 500.000 masques par jour au secteur médico-social »

SOINS Le ministre de la Santé a détaillé ce samedi une série de mesures pour faciliter l’accès aux soins des personnes handicapées pendant le confinement

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP

Une livraison de masques très attendue. Le ministre de la Santé Olivier Véran  a promis ce samedi la livraison de « 500.000 masques par jour au secteur médico-social » et détaillé des mesures pour faciliter l’accès aux soins des personnes handicapées, lors d’une conférence de presse avec la secrétaire d’Etat chargée du secteur Sophie Cluzel.

Olivier Véran a assuré que la demande du secteur médico-social (établissements pour personnes âgées, handicapés, soins à domicile, dépendance…) de « 500.000 masques par jour » avait été prise en compte. Il admet toutefois qu'« il y a toujours ces éternels problèmes de logistique, pour lesquels nous avons renforcé nos schémas de distribution » notamment avec l’aide des départements qui « nous aident pour la répartition du matériel de protection à la fois à destination des établissements médico-sociaux mais également pour ceux qui interviennent à domicile ».

En lien avec la cellule médico-sociale des ARS

Par ailleurs, le ministre de la Santé a énuméré les mesures prises pour faciliter l’accès aux soins des personnes handicapées dans la crise du coronavirus, telles que les téléconsultations ou la mobilisation de soignants volontaires. Il a cité « les libéraux par exemple, mais également la réserve sanitaire, les étudiants en santé » ou, « le cas échéant, la réquisition de professionnels de santé ».

« La mobilisation de ces solutions sera assurée par la cellule médico-sociale mise en place par toutes les Agences régionales de santé », qui « sera l’interlocuteur des professionnels du grand âge et du handicap de manière transversale ». Pour que les centres du 15 prennent en compte « les fragilités propres à certains handicaps », des « fiches réflexes (sur la conduite à tenir) élaborées avec les associations et les fédérations leur seront transmises dans les plus brefs délais ».

Le développement des « équipes mobiles »

« A terme nous devrons tendre vers un système dans lequel dans chaque centre 15, un médecin régulateur sera également un spécialiste du handicap », selon Olivier Véran. Le ministre a également souhaité le développement d'« équipes mobiles » chargées de venir effectuer des tests au Covid-19 directement dans les établissements accueillant des personnes handicapées. En cas d’hospitalisation, ces dernières « bénéficieront de la filière d’admission directe dans les services hospitaliers » telle que prévue dans la stratégie de prise en charge des personnes âgées, a-t-il précisé.

Le ministre a par ailleurs assuré qu'« à titre exceptionnel », un aidant, professionnel ou familial, pourra être admis auprès de la personne handicapée « dans des conditions très strictes de sécurité », si l’établissement n’est pas en mesure d’apporter l’accompagnement nécessaire.

Un « tri » des malades handicapés ?

Des inquiétudes sont apparues parmi les associations et les professionnels de santé concernant l’accès aux soins des personnes handicapées, allant jusqu’à évoquer un « tri » au détriment des malades souffrant de handicaps que le ministre a clairement réfuté samedi.

« Je ne peux pas imaginer que cette pratique [le tri des malades handicapés] existe », a déclaré le ministre. « Le handicap ne doit pas être un critère de refus de soins, que l’on parle d’une hospitalisation simple ou d’une réanimation », a-t-il précisé.