Coronavirus dans l’Orne : Sans activité, une centaine d’animaux en danger à cause du confinement

EPIDEMIE Le confinement a conduit à l’annulation des tournages et événements auxquels devaient participer les animaux rares de cet élevage

20 Minutes avec agence

— 

Un dromadaire (illustration).
Un dromadaire (illustration). — Pixabay

Le confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus est en train de mettre en danger la centaine d’animaux de la ménagerie de Villers-en-Ouche ( Orne). Michelle Royère, la responsable de cet élevage, explique auprès d’Actu.fr avoir de plus en plus de mal à s’occuper de ses chameaux, dromadaires, lamas, ânesses, et autres yacks et zébu.

Les mesures sanitaires ont en effet conduit à l’annulation des événements ou tournages auxquels participent ces animaux. « Sans activité, j’ai des difficultés à payer les factures (…) Mais le problème ici est que nous avons des animaux à nourrir et auxquels il faut apporter des soins », indique la propriétaire auprès du site d’actualités locales.

L’activité devait reprendre en mars

L’activité devait en effet reprendre en mars mais « à cause du coronavirus, tout est tombé à l’eau », poursuit-elle, indiquant n’avoir « aucune visibilité sur le temps que tout cela va durer ». Michelle Royère redoute de voir ses pensionnaires subir la faim ou la maladie. Elle aurait par ailleurs dû à cette période faire vacciner sa vingtaine d’ânesses.

« Ici, même quand les animaux sont trop vieux pour faire des tournages ou aller en promenade avec les enfants, on les garde avec nous. Il est hors de question que mes animaux finissent à la boucherie », conclut-elle.