Coronavirus en Loire-Atlantique : Comment le préfet veut éviter l'arrivée de vacanciers

EPIDEMIE Contrôles, hélicoptère, arrêtés... Plusieurs mesures ont été prises pour limiter les déplacements de la population vers le littoral

J.U.

— 

Une famille sur une plage, à Saint-Nazaire
Une famille sur une plage, à Saint-Nazaire — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
  • Les autorités craignent que des Français soient tentés de partir en vacances, malgré le confinement.
  • En quinze jours, 5.950 infractions ont été constatées en Loire-Atlantique.

« Non, la Loire-Atlantique ne peut être un lieu de destination. » Alors que la zone C est en  vacances depuis ce vendredi soir, les autorités craignent de voir de nouveau déferler une vague de Parisiens sur le littoral. Si le gouvernement a récemment rappelé qu’il n’était pas permis de changer de domicile pendant la période de confinement, et ce même si l’on dispose d’une résidence secondaire, des mesures ont été prises localement pour dissuader les « vacanciers » de faire leurs valises.

« Depuis le début de l’après-midi et tout le week-end, un dispositif spécial de contrôle a été déployé par la gendarmerie, annonce le préfet Claude d’Harcourt. Elle s’est positionnée au départ de la zone C mais aussi in situ, aux péages et sur les routes secondaires car on sait que les utilisateurs de Waze sont nombreux. » Une surveillance renforcée qui ne fera pas de cadeau, prévient-il. « La verbalisation se fait à la personne, soit 4x135 euros s’il y a quatre passagers dans la voiture. Une amende à laquelle s’ajoutera l’obligation de faire demi-tour. »

Interdiction des locations saisonnières

En plus, un hélicoptère « équipé d’un détecteur de chaleur » sera mobilisé pour repérer « toute présence humaine », et ce « même de nuit ». Et l’attention sera portée sur les routes car « il n’y a plus aucune liaison ferroviaire vers ces lieux », assure le préfet. Pour encore enfoncer le clou, après l’interdiction de fréquenter les plages, les cours d’eau et les forêts, un nouveau décret a été publié ce vendredi matin dans le but d'« interdire les locations saisonnières ». Un texte similaire a été signé en Vendée.

Alors qu’on estime à plus de 150.000 le nombre de personnes qui ont rejoint le département au début du confinement, le préfet observe que les comportements se sont assagis. « Depuis 15 jours, 88.000 contrôles ont été effectués en Loire-Atlantique, calcule le préfet. Le nombre d’infractions est de 5.950, et connaît une baisse significative depuis quelques jours. »