Coronavirus : Il est allé se « confiner » deux jours dans un refuge de montagne… avant d’être repéré par les gendarmes

CONFINEMENT L’homme, originaire de la région nantaise, a passé deux nuits dans un refuge à 1900 mètres d’altitude. Une patrouille pédestre de la gendarmerie l’a repéré et verbalisé pour non-respect des consignes

Béatrice Colin

— 

Le peloton de gendarmerie de Haute-Garonne en intervention à Luchon. (Illustration)
Le peloton de gendarmerie de Haute-Garonne en intervention à Luchon. (Illustration) — REMY GABALDA / AFP

Dimanche dernier, un couple de Toulousains était intercepté au péage de Lannemezan par les gendarmes. Il venait de passer une semaine dans un refuge de Bastan, dans les Hautes-Pyrénées, à 2.240 mètres d’altitude.

Jeudi, les militaires ont cette fois verbalisé un homme parti se « confiner » durant deux nuits au refuge « Ledormeur », à 1.911 mètres d’altitude, près du lac du Tech, sur la commune d’Arrens-Marsous, dans les Hautes-Pyrénées à nouveau.

C’est une patrouille pédestre en montagne qui a débusqué le resquilleur. Il a été verbalisé pour ne pas avoir respecté les directives nationales concernant les restrictions de circulation, avant d’être raccompagné jusqu’à son véhicule par les militaires. Avec la consigne de rentrer chez lui, dans la région nantaise.

Contrôle durant les vacances

Alors que les vacances de l’académie de Toulouse, Montpellier et Paris débutent ce vendredi soir, les gendarmes des Hautes-Pyrénées indiquent qu’ils vont continuer leurs surveillances et les contrôles en montagne.

Ils veulent éviter que ce genre de sorties se multiplient et se terminent parfois par des accidents graves qui pourraient surcharger les urgences, déjà très sollicitées. Samedi, les CRS de secours en montagne de Lannemezan ont retrouvé près de Piau-Engaly le corps d’un randonneur de 28 ans qui était parti seul la veille sur le massif.