Coronavirus : « Des vélos pour l’hosto »… Quand des confinés prêtent leur bicyclette aux soignants

SOLIDARITE Journées à rallonge, offre de transports réduite… Pendant le confinement, la bicyclette est parfois le mode de transport idéal pour les soignants entre l’hôpital et la maison. Sur le groupe Facebook « Des vélos pour l’hosto », des particuliers mettent à disposition la leur

Fabrice Pouliquen
— 
Des cyclistes pédalent sur une place de la République bien vide à Paris, le 19 mars 2020.
Des cyclistes pédalent sur une place de la République bien vide à Paris, le 19 mars 2020. — Christophe ARCHAMBAULT / AFP
  • Il y a ceux qui font des courses pour aider les soignants mobilisés contre le coronavirus. Ou ceux qui mettent à leur disposition un logement. Et puis ceux qui leur prêtent un vélo.
  • Nina Gouze, Parisienne, est de ceux-là, elle qui est à l’origine du groupe Facebook « Des vélos pour l’hosto ».
  • Un moyen pour les soignants de pallier le manque de transports dans les villes, mais aussi de se déplacer plus sereinement vis-à-vis des consignes de distanciation sociale.

C’est l’une des nombreuses initiatives à avoir vu le jour, en cette période de confinement, pour venir en aide aux personnels soignants, en première ligne dans la bataille contre le coronavirus. Ce coup-ci, il ne s’agit pas de leur livrer des croissants, leur coudre des blouses et des masques ou encore leur mettre des logements à disposition près de leur travail.

« Mais de leur mettre à disposition des vélos », résume Nina Gouze, Parisienne à l’origine du projet. « Le jeudi qui a suivi l’entrée en vigueur du confinement, un anesthésiste de l’APHP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) a posté un message sur les réseaux sociaux dans lequel il demandait qu’on lui prête un vélo pour pouvoir se rendre à son travail, raconte-t-elle. Sa demande a été relayée dans un groupe Facebook de cyclistes parisiens auquel j’appartiens. »

Tant qu'à être confiné... autant prêter son vélo

Rapidement, ce médecin trouvera chaussure à son pied. Ou plutôt une selle pour son fessier. Nina Gouze, elle, décide de poursuivre sur sa lancée et crée le groupe Facebook « Des vélos pour l’hosto », très vite devenu un point de rencontre entre des confinés qui prêtent leurs vélos et des personnels soignants qui en recherchent un pour se rendre au travail.

L’initiative s’ajoute à d’autres solutions mises en place, depuis le confinement, pour faciliter les déplacements domicile-travail des personnels soignants. En région parisienne, depuis le 23 mars, Ile-de-France Mobilité et la RATP ont par exemple mis en place vingt-deux lignes de bus réservées aux personnels hospitaliers et reliant les grands pôles de transports aux grands pôles hospitaliers. D’autres villes, comme Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice ou encore Brest et Nancy ont mis en place des dispositifs similaires ou s’apprêtent à le faire, indique La Gazette des Communes.

Le prêt de vélo pour gagner en flexibilité... Et en sécurité?

« Le prêt de vélo reste une solution très pratique pour des soignants qui, en ces temps de crise sanitaire, ont besoin de flexibilité, reprend Nina Gouze. Soit parce qu’ils font des journées à rallonge, soit parce qu’ils doivent jongler avec des horaires décalés, soit parce que l’offre de transports en commun a été fortement réduite dans leur ville. Et puis se faire prêter un vélo permet aussi de limiter les risques de contagion puisque, de fait, à bicyclette, on respecte la distanciation sociale. »

« C’est aussi une question de sécurité, ajoute Lucile, assistante sociale dans un hôpital parisien. Les transports en commun sont vides en ce moment, une de mes collègues n’était pas très loin de se faire arracher son sac-à-main. Je n’ai pas envie que ça m’arrive. » Alors la trentenaire a trouvé, via « Des vélos pour l’hosto », une bicyclette à 800 mètres de chez elle. « Pratique, le vélo n’est pas tout neuf, mais il fait parfaitement l’affaire », sourit-elle.

Un site d’ici à la fin du week-end

Des vélos disponibles, il y en a en tout cas à foison un peu partout en France, à en juger par les nombreux messages postés sur « Des vélos pour l’hosto ». Les propositions émanent de particuliers comme de boutiques de cycles, et vont parfois jusqu’à offrir une assistance technique en cas de pépins sur la route.

Nina Gouze n’a pas compté, mais estime à une bonne dizaine le nombre de vélos ainsi prêtés via « Des vélos pour l’hosto ». Nina GOuze entend désormais passer à la vitesse supérieure. En partenariat avec la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), elle est en passe de faire du groupe Facebook un site Internet. « On gardera le nom, précise-t-elle. L’intérêt sera de permettre aux personnels soignants de ne plus avoir à remonter tous les posts du groupe pour trouver une bicyclette disponible près de chez eux. Ils n’auront qu’à indiquer l’adresse de leur domicile ou de l’hôpital où ils travaillent pour avoir la liste des vélos proposés les plus proches. » Autre nouveauté : la Maif, société d’assurance, va couvrir les soignants pour l’emprunt des vélos, indique Nina Gouze.