Coronavirus : « Les mesures dans les supermarchés sont parfois contre-productives », selon un groupe d’experts nantais

HYGIENE Ce « groupe de soutien scientifique » nantais vient de publier une série de préconisations sur les conduites complémentaires à adopter dans les espaces recevant du public

Julie Urbach
— 
COVID-19 Coronavirus, illustration dans un supermarché de Nice ..
COVID-19 Coronavirus, illustration dans un supermarché de Nice .. — SYSPEO/SIPA
  • Le chef du service bactériologie-hygiène du CHU de Nantes estime qu’il existe encore « une grosse marge de progression » en matière d’hygiène dans les lieux recevant du public.
  • Avec d'autres personnalités, il alerte notamment sur la mauvaise utilisation des gants et des masques.
  • Ils viennent de publier une liste des gestes à adopter dans les grandes surfaces, les marchés ou les transports.

« Il faut préciser les règles d’accueil dans les grandes surfaces et dans les lieux recevant du public ». Tel est le message d’un groupe d’experts en épidémiologie qui vient de publier une série de préconisations visant à compléter les gestes barrières conseillés par le gouvernement, dans le but de limiter la propagation du  coronavirus. Ce « groupe de soutien scientifique », notamment composé du chef du service bactériologie-hygiène du CHU de Nantes Didier Lepelletier et du sénateur de Loire-Atlantique Ronan Dantec, estime qu’il existe encore « une grosse marge de progression » en matière d’hygiène.

« Nous constatons un accueil disparate dans les supermarchés, indique par exemple le sénateur, vétérinaire de formation. Certains désinfectent les caddies, d’autres pas, peu imposent à leurs clients un lavage des mains à l’entrée… » Ces experts alertent aussi sur le port des gants chez les caissières, une mauvaise idée selon eux : « Souvent, elles passent d’un client à un autre avec les mêmes gants, sans parfois les enlever de la journée et donc sans se laver les mains, note le professeur Lepelletier. Il s’agit de mesures parfois contre-productives : dans ce cas, les gants sont un frein à l’hygiène. Il vaut mieux travailler à mains nues et se laver au gel hydroalcoolique entre deux clients. »

« Ne pas remettre en rayon un produit déjà manipulé »

Dans ses préconisations aux supermarchés, le groupe d’experts propose d' « organiser un sens de déplacement dans le commerce pour éviter les croisements de personnes » et recommande aux clients (qui devraient se laver les mains en sortant de chez eux, en entrant puis en sortant dans le magasin, en arrivant chez eux, et après avoir déballé ses achats) de « ne pas remettre en rayon un produit déjà manipulé ».

Des mesures à suivre aussi pour les marchés en plein air : si l’Etat a davantage encadré leur organisation, le collectif d’experts assure encore recevoir de nombreuses interrogations pratiques de la part des mairies. Il propose par exemple pour chaque étal « la mise en place de plexiglas rigides pour protéger le marchand si possible ». « Le dispositif de type drive doit monter en puissance car il permet de réduire considérablement les contacts entre les clients et aussi entre les salariés et clients », jugent-ils.

Attendre les masques en tissu

Alors que le débat sur les masques fait rage, ce groupe scientifique suggère aux particuliers (et aux professionnels non soignants) d’attendre le déploiement des masques en tissu, qui devraient bientôt être disponibles à la vente. « Déjà car nous sommes encore dans une période de rationalisation mais aussi car à l’instar des gants, les gens ne savent pas bien les utiliser : ils les enlèvent, les manipulent, les remettent… », estime Didier Lepelletier.

C’est d’ailleurs pour faire davantage de pédagogie que ce groupe a voulu plancher et diffuser auprès des maires cette palette de mesures, qui concerne aussi les transports en commun. « Aujourd’hui, on sait prendre en charge des patients en réa mais la clé est vraiment la maîtrise des gestes barrières, indiquent-ils. Dès maintenant mais aussi pendant toute la période de déconfinement. »